Coronavirus : L’UE accuse la Russie et la Chine de désinformation sur sa campagne vaccinale

PROPAGANDE La diplomatie européenne considère que Moscou et Pékin, par un « dénigrement » des vaccins approuvés par l’Union européenne, tentent de placer leurs propres produits

20 Minutes avec AFP

— 

Des seringues prêtes à être utilisées pour des injections contre le Covid-19, à Madrid le 9 avril 2021.
Des seringues prêtes à être utilisées pour des injections contre le Covid-19, à Madrid le 9 avril 2021. — Manu Fernandez/AP/SIPA

La Russie et la Chine sont une nouvelle fois soupçonnées de propager de fausses informations dans le but de manipuler les opinions occidentales. Cette fois, les accusations viennent de l’unité de lutte contre la désinformation de la diplomatie européenne. Un rapport publié mercredi estime que les deux pays sont engagés dans des campagnes de « dénigrement » pour saper la confiance dans les vaccins approuvés par l’Union européenne. L’objectif serait pour eux d’en profiter pour placer leurs propres vaccins.

Le rapport accuse ainsi la Chine et la Russie de mener une « diplomatie du vaccin ». Pour cela, Moscou et Pékin « utilisent des médias contrôlés par l’État, des réseaux de médias proches du pouvoir et des médias sociaux, y compris les comptes de médias sociaux diplomatiques officiels ». « Le compte Twitter officiel de Spoutnik V est ainsi utilisé », précisent les auteurs.

Spoutnik V a aussitôt réagi à cette mise en cause via son compte Twitter et a dénoncé à son tour « une campagne de désinformation ». Les rédacteurs du site ont fustigé « les déclarations négatives de responsables de l'UE selon lesquelles "le vaccin russe n’est pas nécessaire" ». « Si le SEAE (Service d’Action extérieure de l’UE) estime qu’une information n’est pas exacte, nous apprécierions une lettre officielle indiquant quelles déclarations spécifiques semblent être inexactes sur le plan factuel, car nous pensons que toutes les déclarations de Spoutnik V sont exactes sur le plan factuel », soutient le site du vaccin russe.

Quatre vaccins approuvés par l’EMA

Le rapport estime, lui, que « depuis le début de 2021, plus de cent nouveaux exemples de cas de désinformation imputables au Kremlin concernant la vaccination ont été ajoutés à la base de données EUvsDisinfo ». Ces pratiques visent à « saper la confiance du public dans l’Agence européenne des médicaments et à mettre en doute ses procédures et son impartialité politique ». L’Agence européenne (EMA) a approuvé à ce jour quatre vaccins : PfizerBioNTech, AstraZeneca, Moderna et Johnson & Johnson.