Coronavirus aux Etats-Unis : A Miami, une école interdit à ses enseignants de se faire vacciner avec de faux arguments à l’appui

FAKE NEWS La directrice de l’établissement a affirmé dans une lettre que le vaccin provoque une hausse de 366 % des fausses couches et une perturbation du cycle menstruel

20 Minutes avec agences

— 

(Illustration) Un soignant s'apprête à vacciner un malade avec une dose du vaccin Pfizer.
(Illustration) Un soignant s'apprête à vacciner un malade avec une dose du vaccin Pfizer. — Bienvenido Velasco/EFE/SIPA

Une école privée de Miami (Floride) a interdit à ses enseignants de se faire vacciner contre le Covid-19. L’établissement soutenait, pour justifier sa décision, que le contact avec des personnes vaccinées serait nocif pour les enfants.

Dans un courrier adressé au personnel de l’école, Leila Centner, cofondatrice de la Centner Academy, a indiqué que les enseignants vaccinés ne seront pas autorisés à s’approcher les enfants. Elle demande, en outre, à ceux n’ayant pas encore reçu l’injection d’attendre la fin de l’année scolaire pour le faire.

« Aucune preuve » concernant ces allégations

« Des informations récentes ont émergé selon lesquelles des personnes non vaccinées ont été affectées de manière négative par des interactions avec des personnes vaccinées », assure Leila Centner dans sa lettre. Or, cette affirmation est  fausse selon les scientifiques, et a été réfutée par des fact-checkeurs.

« Il n’y a aucune preuve selon laquelle la vaccination ferait en sorte que la personne transmette » le coronavirus, affirme Jamie Scott, spécialiste canadienne de l’immunologie moléculaire. « C’est en fait impossible, puisque tous les vaccins font que les cellules produisent seulement la protéine de pointe et aucune autre composante du virus. »

Une fake news sur les fausses couches

Dans sa lettre, la directrice ajoute que des « milliers » de cycles menstruels ont été affectés par le vaccin, qui aurait en outre provoqué une hausse de « 366 % » des fausses – deux autres fake news. Leila Centner s’appuyait sur un article du Daily Expose, un média considéré comme promouvant des « théories du complot et de pseudo-science » par le site Medias Bias/Fact Check.

AFP Factuel avait aussi réfuté cette allégation dans un article récent. « Il n’existe aucun élément suggérant un risque accru de fausses couches lié aux vaccins anti-Covid », indiquait l’agence sanitaire britannique citée dans cet article. L’école privée indiquait déjà sur son site avant la pandémie qu’il n’était pas obligatoire pour ses élèves d’être vaccinés.