Recensement aux Etats-Unis : Le Texas gagne deux voix au collège électoral, la Californie et New York en perdent un

DEMOGRAPHIE La croissance de la population américaine a nettement ralenti en dix ans, mais certains Etats connaissent un boum démographique

P.B. avec AFP
— 
Les variations de la population américaine par Etat entre 2010 et 2020 (cliquer pour agrandir).
Les variations de la population américaine par Etat entre 2010 et 2020 (cliquer pour agrandir). — US Cense

Il y avait officiellement 331 millions d’habitants aux Etats-Unis au 1er avril 2020. Lundi, les premiers chiffres du recensement, qui est réalisé une fois tous les dix ans, ont été annoncés. Sans surprise, la croissance de la population a nettement ralenti au cours de la dernière décennie, entre une baisse de la natalité et le coup d’arrêt à l’immigration décidé par Donald Trump. Mais tous les Etats ne sont pas logés à la même enseigne, et cela a un impact sur la carte électorale américaine.

Les Etats-Unis comptaient exactement 331.449.281 habitants au 1er avril 2020, soit 7,4 % de plus qu’en 2010, a précisé le Bureau du recensement. Cette progression est nettement moindre que les +9,7 % enregistrés pendant la décennie précédente et à peine supérieure au plus bas jamais enregistré : +7,3 % entre 1930 et 1940, période de la Grande Dépression.

Le Texas grand gagnant

Coût de la vie, attractivité fiscale, emploi, climat… De nombreux facteurs entrent en jeu dans les flux migratoires. Une dizaine d’Etats ont connu une croissance de leur population comprise entre 12 et 18 % : Texas, Utah, Floride, Nevada, Washington, Idaho, Dakota du Nord, Colorado et Arizona. A l’inverse, le nombre d’habitants au Midwest stagne (Ohio, Pennsylvanie, Minnesota) ou décroît (Virginie occidentale, Illinois). La Californie (6,1 %) et surtout New York (4,2 %) font moins bien que la moyenne nationale.

Le nombre de sièges à la Chambre (435), et de voix au collège électoral pour la présidentielle (538) reste fixe. Mais la quantité attribuée à chaque Etat dépend du pourcentage de la population totale. Du coup, Floride, Caroline du Nord, Colorado, Montana et Oregon gagnent un siège, et le Texas deux. A l’inverse, sept Etats en perdent un, notamment la Californie et New York. Avec cette nouvelle carte électorale, le résultat de la présidentielle n’aurait pas fondamentalement changé, mais Donald Trump aurait remporté trois voix de plus au collège électoral (303-235 pour Biden au lieu de 306-232). Joe Biden aurait toujours largement gagné.