Etats-Unis : Le ministère de la Justice ouvre une enquête sur la police de Minneapolis

JUSTICE Une enquête distincte de celle en cours pour le meurtre de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de la Justice américain Merrick Garland a annoncé l'ouverture d'une enquête fédérale sur la police de Minneapolis, au lendemain du verdict de culpabilité du policier blanc Derek Chauvin pour le meurtre de l'Afro-Américain George Floyd.
Le ministre de la Justice américain Merrick Garland a annoncé l'ouverture d'une enquête fédérale sur la police de Minneapolis, au lendemain du verdict de culpabilité du policier blanc Derek Chauvin pour le meurtre de l'Afro-Américain George Floyd. — Andrew Harnik/AP/SIPA

« Le ministère de la Justice a ouvert une enquête pour déterminer si la police de Minneapolis suit un modèle ou des pratiques de maintien de l’ordre inconstitutionnels ou illégaux », a déclaré ce mercredi le ministre de la Justice Merrick Garland. L’annonce survient au lendemain du verdict de culpabilité du policier blanc Derek Chauvin pour le meurtre de  George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans.

Cette enquête, distincte de celle en cours sur la mort de George Floyd, vise à déterminer si la police de Minneapolis, ville du nord des Etats-Unis, fait systématiquement un usage excessif de la force, y compris lors de manifestations légales, a-t-il ajouté. L’enquête portera aussi sur de possibles discriminations ou mauvais traitements infligés par la police à des personnes ayant des troubles du comportement, a affirmé Merrick Garland.

Si l’existence de pratiques illégales est prouvée, une procédure judiciaire visant à obliger la ville à entreprendre d’importantes réformes de sa police pourrait suivre. « Le ministère de la Justice agira de façon déterminée dans cette quête de la justice » à Minneapolis, a déclaré Merrick Garland.

Sous la présidence de Barack Obama, les autorités fédérales avaient lancé de retentissantes enquêtes visant des villes des Etats-Unis où des policiers étaient accusés de racisme ou d’abus de pouvoir, comme Baltimore, Chicago ou San Francisco. Donald Trump avait plus tard fait part de son opposition à de telles investigations.