Grande-Bretagne : L’ex-épouse d’un milliardaire russe gagne son procès et 500.000 millions d’euros

BINGO Il s’agit de 41 % de la fortune de son ex-mari

20 Minutes avec AFP

— 

Victoire devant la justice britannique pour l'ex-épouse d'un milliardaire russe.
Victoire devant la justice britannique pour l'ex-épouse d'un milliardaire russe. — cosmix / Pixabay

L’ex-épouse du milliardaire russe Farkhad Akhmedov a finalement obtenu gain de cause devant la justice britannique face à son fils aîné. Son ex-mari devra finalement lui verser plus de 500.000 millions d’euros pour son procès en  divorce.

Fin 2016, la justice britannique a octroyé à Tatiana Akhmedova 41 % de la fortune de son ex-mari, Farkhad Akhmedov, représentant 453 millions de livres, soit 525 millions d’euros au cours actuel. Mais cette dernière accuse son ex-mari, un homme d’affaires et ancien sénateur russe de 65 ans qui a fait fortune notamment dans le secteur énergétique, d’avoir déployé une « stratégie d’évasion » pour échapper à la justice, avec l’aide du fils aîné du couple, Temur.

« Victime d’une série de stratagèmes »

Une juge aux affaires familiales de la Haute cour de Londres​, Gwynneth Knowles, a conclu que Tatiana Akhmedova « a été victime d’une série de stratagèmes visant à mettre chaque centime de la richesse du mari hors de sa portée ». La magistrate a déclaré dans son jugement publié mercredi que Temur, 27 ans, s’était comporté comme le « lieutenant de son père », apportant son « assistance active » à ces stratagèmes.

Elle a indiqué que de « très grosses sommes d’argent lui ont été transférées en 2015 et 2016 » et a conclu que Temur devait verser à sa mère quelque 75 millions de livres (87 millions d’euros).

« Aspiré dans le vortex d’un conflit familial amer »

Tatiana Akhmedova de nationalité britannique, a déclaré dans un communiqué que cette décision de justice « est une conclusion inévitable étant donné l’incapacité de Farkhad à se comporter de manière honorable ». Un porte-parole de Temur Akhmedov a déclaré que ce dernier n’avait « jamais cherché à prendre parti ou à s’impliquer, mais s’était inévitablement retrouvé aspiré dans le vortex d’un conflit familial amer ».

Dans son jugement écrit, la juge a cité le roman Anna Karénine de l’écrivain russe Léon Tolstoï. « Les familles heureuses se ressemblent toutes, les familles malheureuses sont malheureuses chacune à sa façon », a-t-elle déclaré, ajoutant : « Avec mes excuses à Tolstoï, la famille Akhmedov est l’une des plus malheureuses à n’avoir jamais comparu dans ma salle d’audience ».