Syrie : Bachar al-Assad est candidat à l’élection présidentielle du 26 mai

POLITIQUE L’issue du scrutin semble déjà écrite pour les médias d’Etat

20 Minutes avec AFP
— 
Bachar al-Assad a déposé une demande de candidature à la présidentielle syrienne du 26 mai
Bachar al-Assad a déposé une demande de candidature à la présidentielle syrienne du 26 mai — SIPA

Alors que les prochaines élections présidentielles syriennes doivent se tenir le 26 mai, on sait désormais que l'actuel président syrien Bachar al-Assad sera à nouveau candidat après déjà deux décennies de pouvoir. Le Parlement « a été informé par la Haute cour constitutionnelle que Bachar al-Assad a déposé une demande de candidature au poste de président de la République », a annoncé mercredi le chef de l’Assemblée, Hammouda Sabbagh, cité par l’agence officielle Sana.

Les candidats ont jusqu’au 28 avril pour se manifester auprès de la Haute cour constitutionnelle, qui vérifie qu’ils répondent aux conditions requises. Ils doivent aussi obtenir le soutien de 35 députés, sur les 250 que compte le Parlement, pratiquement tous acquis au parti Baas de Bachar al-Assad.

Quatrième mandat pour Bachar al-Assad

Agé de 55 ans, Bachar al-Assad briguera ainsi son quatrième mandat. Il avait accédé au pouvoir en 2000, après la mort de son père Hafez, lui-même à la tête de la Syrie trois décennies durant. Pour les médias d’Etat, l’élection lui semble déjà acquise.

Il s’agit de la sixième demande de candidature. Cinq autres personnes peu connues du public – dont un ancien parlementaire, un homme d’affaires et une avocate — se sont déjà manifestés auprès de la Haute cour constitutionnelle. Le scrutin sera le deuxième organisé depuis le début en 2011 d’un conflit dévastateur qui a fait plus de 388.000 morts.

La loi empêche les opposants en exil de se présenter

En 2014, Bachar al-Assad avait remporté l’élection avec plus de 88 % des voix. Seuls deux concurrents étaient en lice, des inconnus considérés comme des faire-valoir. La loi électorale empêche de fait les figures de l’opposition en exil de se présenter : chaque candidat doit en effet « avoir vécu en Syrie pendant une période de 10 ans de manière continue au moment de présenter sa candidature ».

Soutenu par l’Iran et la Russie, le président syrien a enchaîné les victoires militaires ces dernières années contre les rebelles et les djihadistes, jusqu’à reconquérir près des deux tiers du territoire. Le pays en ruine est frappé depuis plus d’un an par une crise économique aiguë, marquée par une dégringolade de la monnaie nationale face au dollar et une explosion de l’inflation.