Ukraine : Le déploiement militaire russe plus massif qu’en 2014, selon le Pentagone

AFFRONTEMENTS Selon l’Union européenne, près de 100.000 soldats russes sont déployés à la frontière avec l’Ukraine

Manon Aublanc
— 
Près de 100 000 militaires russes seraient déployés à la frontière avec l'Ukraine.
Près de 100 000 militaires russes seraient déployés à la frontière avec l'Ukraine. — Kirill Kukhmar/TASS/Sipa USA/SIPA

Le déploiement militaire russe à la frontière avec l’Ukraine est plus massif qu’en 2014, lorsque la Russie avait envahi la Crimée, a déclaré un porte-parole du Pentagone, ce lundi, qualifiant ce déploiement de « très préoccupant ».

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell avait d’abord évoqué le chiffre de 150.000 militaires russes à la frontière ukrainienne avant que ses services ne corrigent cette estimation pour la porter à 100.000. Le porte-parole du ministère américain de la Défense, John Kirby, lui, s’est abstenu de donner un chiffre.

Les Etats-Unis appellent la Russie « à clarifier ses intentions »

« C’est le déploiement le plus massif depuis celui de 2014, qui s’est ensuivi de la violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine », a déclaré John Kirby au cours d’un point de presse. « Je ne donnerai pas de nombre spécifique », a-t-il ajouté. « C’est certainement plus que le dernier en 2014. »

Les Etats-Unis considèrent ce déploiement comme « très préoccupant » et ils appellent la Russie « à clarifier ses intentions », a poursuivi le porte-parole du Pentagone. « Nous ne pensons pas que ce déploiement soit propice à la sécurité et la stabilité le long de la frontière avec l’Ukraine et certainement pas en Crimée occupée. » « Les Russes proclament qu’il s’agit d’exercices. Ce n’est pas très clair à nos yeux que ce soit l’objectif », a-t-il ajouté.

Moscou assure « ne menacer personne »

Un soldat ukrainien a été tué et un autre blessé dimanche dans des affrontements avec les séparatistes dans l’est de son territoire, où les heurts se sont multipliés sur fond de regain de tensions avec Moscou. L’Ukraine craint que le Kremlin, largement considéré comme le parrain militaire et politique des séparatistes prorusses du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, ne cherche un prétexte pour l’attaquer.

Moscou assure « ne menacer personne » tout en dénonçant des « provocations » ukrainiennes. La guerre dans le Donbass a fait plus de 13.000 morts et près d’un million et demi de déplacés depuis son déclenchement il y a sept ans dans la foulée de l’annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée.