Alexeï Navalny : La Russie assure qu’elle ne laissera pas l’opposant « mourir en prison »

PROMESSE Sur la BBC, l’ambassadeur russe a minimisé le mauvais état de santé de l’opposant qui ne voudrait, selon lui, qu’une chose : « attirer l’attention »

20 Minutes avec AFP

— 

Une femme manifeste pour soutenir Alexeï Navalny avec une pancarte indiquant « un pour tous et tous pour un », à Moscou le 23 janvier 2021.
Une femme manifeste pour soutenir Alexeï Navalny avec une pancarte indiquant « un pour tous et tous pour un », à Moscou le 23 janvier 2021. — Mihail Tokmakov / SOPA Images

Face au tollé international concernant l’état de santé d’Alexeï Navalny, la Russie tente de rassurer sur ses intentions. Moscou ne laissera pas l’opposant « mourir en prison », a ainsi assuré l’ambassadeur russe à Londres dans une interview dimanche à la BBC.

Sur la chaîne publique britannique, l’ambassadeur Andreï Kéline rejette toutefois la faute de l’état actuel de la situation sur le principal détracteur du Kremlin. « Bien sûr on ne le laissera pas mourir en prison, mais je peux dire que M. Navalny se comporte comme un hooligan […] en essayant de violer chaque règle qui a été établie », a-t-il déclaré.

L’ambassadeur a accusé l’opposant de « vouloir attirer l’attention » en se plaignant « aujourd’hui qu’il souffre de la main gauche », « demain de la jambe gauche ». « S’il se comporte normalement, il aura une chance d’être libéré plus tôt », a poursuivi Andreï Kéline. Des médecins proches de l’opposant ont pourtant dit craindre samedi qu’il ne fasse un arrêt cardiaque « d’une minute à l’autre ».

Washington a averti dimanche qu’il y aurait des « conséquences » pour la Russie si Alexeï Navalny mourrait, tandis que les chefs de la diplomatie de l’UE doivent se réunir ce lundi sur la question. Les alliés de l’opposant de 44 ans, malade et en grève de la faim, ont appelé dimanche les Russes à manifester le 21 avril pour lui « sauver la vie ».