Coronavirus : Contrairement à une grande partie de l’Europe, la Suisse allège ses restrictions

EPIDEMIE A partir de lundi, les Suisses pourront retourner au cinéma ou dans les salles de sport

20 Minutes avec AFP

— 

Des personnes attendant de se faire tester à Zuoz, en Suisse.
Des personnes attendant de se faire tester à Zuoz, en Suisse. — Gian Ehrenzeller

Malgré la crise sanitaire qui touche aussi son territoire, la Suisse a décidé de prendre des mesures à rebours d’une grande partie des autres pays européens. A partir de lundi, les terrasses de restaurant, les cinémas ou encore les salles de sport vont y rouvrir.

Le 19 avril, « moyennant certaines restrictions, il sera de nouveau possible d’organiser des manifestations accueillant du public, par exemple dans les stades, les cinémas ou les salles de concert et de théâtre. Les activités sportives et culturelles à l’intérieur seront aussi à nouveau autorisées, y compris certaines compétitions. Enfin, les restaurants pourront rouvrir leurs terrasses », a indiqué le Conseil fédéral.

Pourtant, le gouvernement fédéral reconnaît que « la situation épidémiologique reste fragile et s’est même détériorée ces dernières semaines » et qu’il est trop tôt pour mesurer l’impact des fêtes de Pâques sur la dynamique de la pandémie dans le pays. Pour justifier ce choix, Alain Berset, le conseiller fédéral en charge de la Santé a rendu un hommage vibrant à la population, estimant que grâce au comportement responsable de la majorité des Suisses, il avait été possible d’alléger progressivement les restrictions imposées en février face à une situation qui se dégradait fortement.

La confiance au cœur de la stratégie gouvernementale

« C’est vraiment une question de confiance entre nous, en Suisse », a souligné le conseiller au cours d’un point de presse. Il a d’ailleurs insisté sur la nécessité pour la population de continuer à appliquer les gestes barrière et de ne pas prendre la levée partielle des mesures annoncée mercredi comme un signal que tout est permis. Pour bien faire passer son message, le Conseil fédéral rappelle qu’en « fonction de l’évolution dans les hôpitaux, il n’est pas exclu de devoir revenir sur les assouplissements ».

Actuellement, le taux d’infections quotidiennes en Suisse est à peu près équivalent à celui que l’on trouve en Italie et en Allemagne, mais il est inférieur à la moyenne de l’Union européenne et trois fois inférieur à celui de la France. Autre argument en faveur d’un allègement des mesures de restriction, le gouvernement estime que la campagne de vaccination avance bien. Près de la moitié des plus de 80 ans et environ 30 % des 70 à 79 ans sont complètement vaccinés et de plus la recrudescence des hospitalisations « reste relativement faible » et le taux d’occupation des unités de soins intensifs stable.