Mort de Daunte Wright à Minneapolis : Démission de la policière qui a tiré et du chef de la police

ETATS-UNIS Cette policière, qui avait plus de 26 ans d'expérience, se serait trompée en utilisant son arme de service alors qu'elle pensait avoir sorti son Taser

P.B.

— 

La policière Kim Potter, de Brooklyn Center, dans la banlieue de Minneapolis, a démissionné après avoir tué Daunte Wright
La policière Kim Potter, de Brooklyn Center, dans la banlieue de Minneapolis, a démissionné après avoir tué Daunte Wright — Shutterstock/SIPA

Deux départs pour faire retomber la colère. La policière qui a tué le jeune Daunte Wright, « accidentellement », selon les autorités, dans la banlieue de Minneapolis, dimanche, a démissionné mardi, tout comme le chef de la police Tim Gannon. Cette nouvelle bavure, en plein procès de Derek Chauvin, jugé pour le meurtre de George Floyd, a provoqué des manifestations et quelques violences au cours des dernières 48 heures, avec une quarantaine de personnes interpellées.

Dans une lettre publiée par son syndicat Law Enforcement Labor Services, Kim Potter, qui portait l’uniforme depuis 26 ans, dit avoir « apprécié chaque instant » de sa carrière. « Mais j’estime que c’est dans le meilleur intérêt de la communauté et de mes collègues officiers que je démissionne immédiatement. »

« Oh merde, je lui ai tiré dessus ! »

Lundi, Tim Gannon a rendu public les images de l’interpellation de Daunte Wright. La police a stoppé cet Afro-Américain âgé de 20 ans pour un problème de plaque d’immatriculation. Parce qu’il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt, les policiers ont commencé à lui passer les menottes, mais le jeune homme a brusquement tenté de se rasseoir au volant pour s’enfuir. C’est alors que Kim Potter avertit à deux reprises « Je vais te Taser », puis « Taser, Taser, Taser » avant de faire feu avec son Glock de service. « Oh merde, je lui ai tiré dessus », crie-t-elle aussitôt. Pour Tim Gannon, il s’agit d’une « décharge accidentelle ».

L’autopsie a conclu à une mort « par homicide ». Il s’agit toutefois d’une caractérisation médicale qui n’a pas de poids légal. Une enquête est en cours, supervisée par le Minnesota Bureau of Criminal Apprehension.