Vaccination : L’Allemagne se dit prête à utiliser le vaccin russe s’il est autorisé

CORONAVIRUS « Chaque vaccin est le bienvenu », a lancé le porte-parole du ministère allemand de la Santé en faisant allusion au Sputnik V, le vaccin russe que la France considère comme un outil de « propagande » par Moscou

20 Minutes avec AFP

— 

Une vaccination avec Spoutnik V en Palestine.
Une vaccination avec Spoutnik V en Palestine. — Khalil Hamra/AP/SIPA

L’Allemagne a réaffirmé vendredi être prête, s’il est autorisé, à utiliser le vaccin russe anti-Covid Spoutnik V, accusé par la France d’être utilisé comme outil de « propagande » par Moscou dans le monde.

« Une approbation par l’AEM (l'Agence européenne des médicaments, ndlr) – qui n’a pas encore eu lieu – donnerait à l’Europe la possibilité d’utiliser Spoutnik dans les campagnes de vaccination, ce qui serait également à envisager pour l’Allemagne », a déclaré le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert.

« Chaque vaccin est le bienvenu »

« Chaque vaccin est le bienvenu », a abondé le porte-parole du ministère allemand de la Santé, Stephan Gabriel Haufe. Le porte-parole du gouvernement allemand n’a pas voulu commenter les accusations du chef de la diplomatie française.

« A la manière dont c’est géré, c’est plus un moyen de propagande et de diplomatie agressive qu’un moyen de solidarité et d’aide sanitaire », a déclaré vendredi Jean-Yves Le Drian. Il a accusé Moscou mais aussi Pékin de se livrer à une guerre d’influence autour du vaccin pour en faire une arme géopolitique. « La Chine, la Russie mènent une politique d’influence par le vaccin avant même de vacciner leur propre population », a-t-il ainsi lancé le ministre des Affaires étrangères.

La fiabilité du Spoutnik V validée par « The Lancet »

Depuis plusieurs semaines, Berlin affirme être prêt à utiliser ce vaccin s’il venait à être autorisé par l’instance de régulation européenne. Et ce d’autant plus que la campagne de vaccination est très critiquée dans le pays pour sa lenteur.

Accueilli initialement avec scepticisme à l’étranger lors de son annonce à l’été, le Spoutnik V a vu sa fiabilité validée en février par la revue scientifique The Lancet. Une demande d’homologation est actuellement examinée par l’Agence européenne des médicaments.