Royaume-Uni : Le gouvernement veut durcir son système d’asile

IMMIGRATION Durcir les conditions d’immigration constituait un cheval de bataille des partisans du Brexit

20 Minutes avec AFP

— 

Les aides sociales aux migrants d’origine européenne installés au Royaume-Uni sont l’un des sujets clés qui nourrit les arguments des pro-Brexit.
Les aides sociales aux migrants d’origine européenne installés au Royaume-Uni sont l’un des sujets clés qui nourrit les arguments des pro-Brexit. — CHRIS J RATCLIFFE

Une réforme du système d’asile prévoyant de ne plus accorder les mêmes droits aux personnes entrées légalement ou illégalement au Royaume-Uni a été présentée, ce mercredi, par la ministre de l’Intérieur britannique, un durcissement jugé « inhumain » par la Croix-Rouge.

« Si, comme plus de 60 % des arrivées illégales, (des migrants) ont traversé un pays sûr comme la France pour arriver ici, ils ne pourront pas entrer immédiatement dans le système d’asile comme c’est le cas actuellement », a déclaré dans un communiqué la ministre Priti Patel.

Plus de droit automatique à l’installation

Durcir les conditions d’immigration constituait un cheval de bataille des partisans du Brexit, désormais réalisé, qui a mis fin à la libre circulation entre le Royaume-Uni et les pays de l’Union européenne. Les migrants entrés illégalement au Royaume-Uni et dont la demande d’asile aboutit recevront un nouveau statut de protection, temporaire, et non plus un droit automatique à l’installation. Leurs droits en matière de regroupement familial et leur accès aux prestations sociales seront limités.

Ceux dont la demande d’asile est examinée et refusée seront expulsés « rapidement » du Royaume-Uni. Parallèlement, des voies « légales et sûres » pour demander l’asile au Royaume-Uni seront créées, a assuré la ministre sur SkyNews. « Actuellement, notre système d’asile est submergé. »

« Le renvoi vers des pays tiers » envisagé

L’an dernier, 8.500 personnes sont entrées au Royaume-Uni en traversant la Manche sur une petite embarcation, et la majorité a demandé l’asile une fois sur le sol britannique, selon des chiffres du ministère. « Ces propositions créent un système injuste à deux vitesses, dans lequel le cas d’une personne et le soutien qu’elle reçoit sont jugés sur la façon dont elle est entrée dans le pays et non sur son besoin de protection. C’est inhumain », a réagi Mike Adamson, directeur général de la Croix-Rouge britannique. Le parti d’opposition travailliste a jugé que ces mesures ne « feront pratiquement rien pour empêcher les gens de faire des voyages dangereux » pour atteindre le Royaume-Uni.

Selon les projets du gouvernement, les sanctions encourues par les migrants qui tentent d’entrer illégalement dans le pays seront renforcées, et les passeurs risqueront une peine de prison à perpétuité. Aucune annonce n’a été faite en revanche concernant un éventuel renvoi des demandeurs d’asile arrivés illégalement sur des territoires comme Gibraltar en attendant que leur demande soit traitée, voire sur de vieux ferries, comme la presse l’avait évoqué ces derniers mois. Priti Patel a indiqué que « toutes les options » étaient envisagées, y compris « le renvoi vers des pays tiers ».