Ouganda : Arrestation de quatre hommes soupçonnés d’avoir empoisonné des lions

BRACONNAGE Des cadavres de six lions mutilés avaient été retrouvés dans le Parc national Queen Elizabeth

20 Minutes avec agences

— 

Un lion dans le Parc national Queen Elizabeth en Ouganda.
Un lion dans le Parc national Queen Elizabeth en Ouganda. — CATERS/SIPA

En Ouganda, la police a arrêté lundi quatre hommes suspectés d’avoir empoisonné six grands félins retrouvés morts ces derniers jours dans le célèbre Parc national Queen Elizabeth. Les braconniers présumés ont conduit les policiers au jardin de l’un d’eux, où ont été découvertes cachées les têtes décapitées de quatre lions et des membres, ainsi que des bouteilles de poison, des lances, une machette et un filet de chasse, selon un communiqué de l’Autorité de la faune sauvage d’Ouganda (UWA).

Une vingtaine de lions empoisonnés depuis 2010

L’UWA avait annoncé samedi avoir retrouvé dans le parc des cadavres de six lions mutilés, avec de nombreuses parties du corps manquantes. Les félins étaient entourés de vautours morts, un signe qu’ils avaient très probablement été empoisonnés. Cette découverte a porté à 22 le nombre de lions soupçonnés d’avoir été empoisonnés depuis 2010 dans le parc Queen Elizabeth, où les lions sont célèbres pour leur capacité inhabituelle à grimper aux arbres.

« Nous allons continuer à renforcer la protection des lions et du reste de la faune sauvage en Ouganda et nous n’abandonnerons pas cette affaire avant que justice soit faite pour la mort des lions », assure le chargé de communication de l’UWA Bashir Hangi. « Nos parcs nationaux restent sûrs et attirants pour nos visiteurs et il y a encore des lions au Queen Elizabeth et dans d’autres endroits », a-t-il ajouté. A noter que le tourisme est un important pourvoyeur de devises en Ouganda, contribuant à 10 % du PIB du pays, selon l’UWA.