Fusillades d’Atlanta : Joe Biden et Kamala Harris dénoncent le « silence complice » face au racisme anti-asiatique

ETATS-UNIS Biden et Harris étaient en visite à Atlanta, 48 heures après la triple fusillade qui a fait 8 morts, dont six femmes d'origine asiatique

20 Minutes avec AFP

— 

Etats-Unis : Le pays rattrapé par le racisme anti-asiatique — 20 Minutes

Joe Biden et Kamala Harris ont parlé d’une même voix. Le président américain et la vice-présidente ont appelé vendredi depuis Atlanta à la mobilisation face aux violences dont sont victimes les Américains d’origine asiatique, soulignant que nombre d’entre eux vivaient désormais dans « la peur ». Cette visite présidentielle dans cette grande ville du Sud devait initialement être consacrée exclusivement à la pandémie de Covid-19, mais les fusillades qui ont entraîné lundi la mort de six femmes d’origine asiatique ont changé la donne.

« Quelles que soient les motivations (du tireur), nous savons la chose suivante : les Américains d’origine asiatique sont inquiets et, au cours de l’année écoulée, se sont réveillés chaque matin avec le sentiment que leur sécurité et celle de leurs proches étaient en jeu », a souligné Joe Biden, le visage grave.

« Les mots sont importants », a-t-il martelé, dans une allusion à peine voilée à son prédécesseur Donald Trump, accusé d’avoir encouragé les amalgames en qualifiant, à maintes reprises, le SARS-Cov-2 de « virus chinois ». « C’est le coronavirus, point ! », a-t-il martelé après avoir rencontré, avec la vice-présidente Kamala Harris, des représentants de la communauté asiatique. « Notre silence est une forme de complicité », a-t-il encore ajouté depuis l’université Emory, dénonçant « l’horrible poison du racisme ».

Drapeaux mis en berne

Tout en appelant le Congrès à légiférer, il a insisté sur l’importance d’une véritable prise de conscience. « Si les lois peuvent améliorer les choses, nous devons changer dans nos coeurs. La haine n’a pas sa place en Amérique ».

Le président démocrate a ordonné la mise en berne des drapeaux jusqu’à lundi en l’honneur des huit personnes abattues mardi soir par un jeune homme blanc de 21 ans. Interpellé après avoir ouvert le feu dans trois salons de massage asiatiques d’Atlanta et sa banlieue, Robert Aaron Long a reconnu les faits et été inculpé de meurtre. Lors de son interrogatoire, il a nié tout mobile raciste, se présentant comme un « obsédé sexuel » désireux de supprimer « une tentation ». « Ses mobiles font toujours l’objet d’une enquête mais il ne semble pas avoir été motivé par le racisme », a déclaré le directeur du FBI, Chris Wray, dans un entretien à la radio NPR.

« Le suprémacisme blanc nous tue »

Les Américains d’origine asiatique, profondément ébranlés, n’ont, eux, aucun doute : les fusillades s’inscrivent dans une flambée de l’hostilité à leur encontre depuis le début de la pandémie. « Le suprémacisme blanc nous tue, vraiment », a déclaré à l’AFP Stephanie Cho, de l’organisation Asian Americans Advancing Justice d’Atlanta.

L’association Stop AAPI Hate a été informée de plus de 3.800 menaces et agressions contre les Américains d’origine asiatique au cours de l’année écoulée. « On devrait considérer qu’il s’agit de crimes racistes parce qu’on sait que c’est le cas », a estimé lors d’un meeting, le candidat à la mairie de New York et ex-prétendant à la primaire démocrate, Andrew Yang.

L’entrepreneur a raconté avoir grandi « avec une impression constante d’invisibilité, de moquerie, de mépris » mais, a-t-il ajouté la voix tremblante, cette hostilité s’est « transformée de manière mortelle, virulente, haineuse ». Pour répondre aux inquiétudes de cette minorité, plusieurs grandes villes, de Chicago à Los Angeles, se sont d’ores et déjà engagées à renforcer la présence policière dans les quartiers où elle vit.