Vaccination : Les injections d’AstraZeneca vont reprendre

PANDEMIE L’Agence européenne des médicaments ayant jugé « sûr et efficace » le vaccin contre le Covid-19, après le signalement d’effets secondaires potentiellement graves

A.I. avec AFP
— 
Vaccination : Les injections d’AstraZeneca vont reprendre
Vaccination : Les injections d’AstraZeneca vont reprendre — Gustavo Valiente/SPUTNIK/SIPA

Son avis était très attendu. Jeudi, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a jugé «sûr et efficace» le vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, alors que plusieurs pays européens avaient suspendu lundi à titre de précaution l’administration de ce vaccin après le signalement d’effets secondaires potentiellement graves.

Une conclusion qu’a bien évidemment appréciée le groupe anglo-suédois : « La sécurité des vaccins est primordiale et nous nous félicitons des décisions des régulateurs qui affirment le bénéfice de notre vaccin pour arrêter la pandémie », a déclaré dans un communiqué Ann Taylor, médecin chef d’AstraZeneca, soulignant sa confiance que les vaccinations puissent reprendre en Europe. Et ces dernières ne vont en effet pas tarder.

Reprise des vaccinations en France vendredi

La France reprendra vendredi après-midi son programme de vaccination avec ce sérum, a annoncé jeudi soir Jean Castex. Vendredi matin, la Haute autorité de santé « actualisera sa recommandation s’agissant du vaccin AstraZeneca, afin que nous puissions reprendre immédiatement dans la foulée, dès demain après-midi, la campagne de vaccination », a déclaré le Premier ministre.

Grâce à la reprise des vaccinations avec AstraZeneca « et aux livraisons qui arrivent, nous tiendrons les objectifs que nous nous sommes fixés », a-t-il assuré. A savoir : « Nous voulons avoir vacciné, d’ici la mi-avril, au moins 10 millions de personnes, soit la totalité des personnes vulnérables volontaires aujourd’hui éligibles à la vaccination : tous les plus de 75 ans et, parmi les personnes de plus de 50 ans, celles qui présentent un facteur de risque ».

La Norvège et la Suède préfèrent attendre

L’Italie et l’Allemagne reprendront eux aussi les injections AstraZeneca vendredi. L’Espagne compte en faire de même à partir de mercredi. En revanche, si le Danemark et l’Islande n’avaient pas encore fait connaître leur position, la Norvège et la Suède ont annoncé attendre avant une éventuelle reprise de la vaccination avec AstraZeneca.

Disant « prendre note » de l’avis de l’Agence européenne des médicaments (EMA), l’Institut norvégien de santé publique a jugé « prématuré de conclure » et indiqué qu’il rendrait son propre avis « à la fin de la semaine prochaine ». « La vaccination avec AstraZeneca restera suspendue jusqu’à ce que nous ayons une vue complète de la situation », a déclaré sa directrice, Camilla Stoltenberg, lors d’une conférence de presse.

Plus tôt jeudi, une équipe médicale norvégienne avait dit voir un lien entre le vaccin d’AstraZeneca et des caillots sanguins observés chez des patients tombés dans un état grave, voire décédés, quelques jours après une première injection. « Nous avons obtenu des résultats qui peuvent expliquer l’évolution clinique de nos patients hospitalisés, a déclaré Paal Andre Holme, chef de service à l’hôpital national d’Oslo, quelques heures avant le point de presse de l’EMA. Ces résultats confortent notre hypothèse […] selon laquelle ces patients ont eu une puissante réponse immunitaire qui a entraîné la formation d’anticorps qui peuvent affecter les plaquettes et ainsi entraîner un thrombus (caillot sanguin) », a-t-il ajouté.

La faute au vaccin d’AstraZeneca ? « Je ne vois pas d’autre possibilité à ce stade », a-t-il dit, en précisant toutefois qu’il s’agissait d'« indices ». Selon les médias norvégiens, ces résultats, tardifs, n’ont pas été pris en compte par l’EMA.