Vaccination : Le vaccin AstraZeneca n'est « pas associé » à un risque plus élevé de caillot sanguin, tranche l’EMA

PANDEMIE Cet avis était très attendu par la quinzaine de pays européens qui a suspendu la vaccination avec AstraZeneca, dont la France

20 Minutes avec AFP
— 
Une vaccination AstraZeneca (image d'illustration).
Une vaccination AstraZeneca (image d'illustration). — Virginia Mayo/AP/SIPA

Le vaccin AstraZeneca contre le coronavirus est « sûr et efficace » et « n’est pas associé » à un risque plus élevé de caillots sanguins, a annoncé ce jeudi l’Agence européenne des médicaments (EMA).

« Le comité est parvenu à une conclusion scientifique claire : il s’agit d’un vaccin sûr et efficace », a déclaré la directrice exécutive de l’EMA, Emer Cooke, lors d’une visioconférence. « Ses avantages dans la protection des personnes contre le Covid-19, avec les risques associés de décès et d’hospitalisation, l’emportent sur les risques possibles », a-t-elle ajouté.

Enquête approfondie

Le régulateur européen, basé à Amsterdam, « a également conclu que le vaccin n’était pas associé à une augmentation du risque global d’événements thromboemboliques ou de caillots sanguins », a précisé la directrice. « Si c’était moi, je me ferais vacciner demain », a-t-elle affirmé.

L’EMA a cependant déclaré qu’une enquête plus approfondie était nécessaire dans un certain nombre de cas rares impliquant notamment de faibles taux de plaquettes. « Au cours de l’enquête et de l’examen, nous avons commencé à voir un petit nombre de cas de troubles de la coagulation rares et inhabituels mais très graves, ce qui a ensuite déclenché un examen plus ciblé », a expliqué Emer Cooke. « Sur la base des preuves disponibles, et après des jours d’analyse approfondie » des données, « nous ne pouvons toujours pas exclure définitivement un lien entre ces cas et le vaccin », a-t-elle souligné.

494 cas sur 20 millions de vaccinés

En conséquence, l’EMA recommande d’ajouter ces risques potentiels aux informations sur le produit. Cela permettra « d’attirer l’attention sur ces éventuelles maladies rares » pour aider les professionnels de la santé et les patients « à arrêter et atténuer tout éventuel effet secondaire », a déclaré Emer Cooke.

Il y a eu 469 cas de caillots sanguins signalés chez 20 millions de personnes vaccinées dans l’Espace économique européen (EEE) - UE, Norvège, Islande et Liechtenstein - et au Royaume-Uni, a précisé l’EMA dans un communiqué séparé. Parmi eux, 191 provenaient de l’EEE, selon l’agence.

En comparant ce chiffre aux cas rapportés dans la population générale, l’EMA a déterminé qu’il n’existait pas d’augmentation du risque global de caillot sanguin. Seuls 25 cas rares impliquant de faibles taux de plaquettes ont été recensés. Ils concernent pour la plupart des femmes de moins de 55 ans, a précisé l’EMA, même s’il « subsiste des inquiétudes liées notamment à ces rares cas » chez les plus jeunes. L’agence a par ailleurs établi qu’il n’y avait « aucune preuve d’un problème » lié à des lots spécifiques du vaccin ou à des sites de fabrication particuliers.