Andorre planche sur un projet d’aéroport international à 2.000 m d’altitude pour briser son enclavement

TRANSPORTS La chambre de commerce et d’industrie de la principauté d’Andorre a dévoilé son projet d’aéroport international

N.S.

— 

L'aéroport d'Andorre pourrait accueillir à moyen terme 500.000 passagers par an.
L'aéroport d'Andorre pourrait accueillir à moyen terme 500.000 passagers par an. — Chambre de commerce et d'industrie d'Andorre / YouTube

C’est un sujet évoqué depuis plusieurs années en Andorre : la construction d’un aéroport dans ce petit Etat pyrénéen, afin de sortir la principauté et ses 77.000 habitants de leur isolement, et réduire ainsi leur dépendance aux grands voisins français et espagnols. La chambre de commerce et d’industrie locale a dévoilé mardi son projet, évalué à 345 millions d’euros et situé à une dizaine de kilomètres du Pas de la Case et de la frontière avec la France.

A près de 2.000 mètres d’altitude, les skieurs de la station géante de Granvalira pourraient voir atterrir les avions sur le site de Grau Roig, sur une piste de 1.800 m de long et 45 de large. Selon la radiotélévision andorrane, les premiers passagers pourraient débarquer en 2025. Objectif de la première année : 360.000 visiteurs puis 500.000 une fois le rythme de croisière atteint.

Des mesures compensatoires pour la Nature

Les touristes n’auraient donc plus besoin de passer par les aéroports de Toulouse ou de Barcelone avant de rejoindre la Principauté, celui de la Seu d’Urgell, tout proche, étant réservé aux petits appareils.

Et l’environnement dans tout ça ? La chambre de commerce table sur l’utilisation d’avions dernière génération (Airbus A320 Neo, Boeing 737 NG) pour réduire la pollution, et sur des « mesures compensatoires » comme la plantation d’arbres ou le déplacement de zones humides.