Coronavirus au Brésil : Jair Bolsonaro change de ministre de la Santé pour la quatrième fois

EPIDEMIE Le Brésil est le deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie avec près de 280.000 morts

20 Minutes avec AFP

— 

Le président d’extrême droite brésilien, Jair Bolsonaro.
Le président d’extrême droite brésilien, Jair Bolsonaro. — Fotoarena/Sipa USA/SIPA

Alors que le pays est durement frappé par une nouvelle vague de Covid-19, le président du Brésil, Jair Bolsonaro, a indiqué, lundi soir, avoir décidé de nommer son quatrième ministre de la Santé depuis le début de la pandémie.

« J’ai décidé ce soir de nommer Marcelo Queiroga ministre de la Santé », en remplacement d’Eduardo Pazuello, a déclaré le chef de l’Etat lors d’une brève rencontre avec ses soutiens au palais présidentiel. La transition « devrait prendre deux à trois semaines », a-t-il ajouté.

Déni face à la gravité de l’épidémie

Le général Eduardo Pazuello, dépourvu de la moindre expérience médicale, avait été nommé par intérim à ce poste après la démission mi-mai 2020 de l’oncologue Nelson Teich. Ce dernier avait été renvoyé moins d’un mois après sa nomination en raison d'« incompatibilités » avec le chef de l’Etat. Eduardo Pazuello avait plus tôt indiqué lors d’une conférence de presse que le président d’extrême droite cherchait à le remplacer afin de « réorganiser » le ministère.

La nomination de Marcelo Queiroga, président de la Société brésilienne de cardiologie (SBC), intervient alors que le gouvernement Bolsonaro est la cible de critiques acerbes pour sa gestion chaotique de la crise sanitaire et son déni face à la gravité de l’épidémie. Au Brésil, le deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie, avec près de 280.000 morts, la vaccination n’a commencé qu’à la mi-janvier, avec seulement les vaccins AstraZeneca et CoronaVac, du laboratoire chinois Sinovac. Elle se poursuit à un rythme lent en raison du manque de doses.

« Une phase plus agressive »

Quelque 9,8 millions de personnes ont reçu la première dose, soit environ 4,6 % de la population, et 3,6 millions la seconde seulement. Marcelo Queiroga « a tout ce qu’il faut à mon avis pour faire du bon travail, dans la continuité de ce que Pazuello a fait jusqu’à présent », a dit Jair Bolsonaro après une rencontre avec son futur ministre.

« Pazuello a fait du bon travail, sa gestion a été bonne et à partir de maintenant nous passons à une phase plus agressive dans la lutte contre le virus », a-t-il encore dit. Eduardo Pazuello a annoncé lundi que le gouvernement avait acheté 100 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech, qui devraient être livrées d’ici septembre, et qu’au second semestre devraient être livrées 38 millions de doses du vaccin Janssen, de la société pharmaceutique américaine Johnson & Johnson.