Coronavirus : La Russie a conclu des accords de production pour son vaccin Spoutnik V en Europe, notamment en France

VACCIN Spoutnik V n’est pas encore autorisé dans l’Union européenne, mais a franchi une étape avec le début de son examen par l’Agence européenne du médicament (AEM)

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration du candidat vaccin russe Spoutnik V.
Illustration du candidat vaccin russe Spoutnik V. — RDIF/Cover-Images.com/SIPA

Dans l’attente de son homologation dans l’UE, des accords de production du vaccin russe contre le coronavirus, Spoutnik V, ont été trouvés « avec des sociétés d’Italie, d’Espagne, de France et d’Allemagne », a annoncé le Fonds souverain russe (RDIF), ce lundi.

« Il y a actuellement d’autres pourparlers en cours pour augmenter la production dans l’UE. Cela permettra de commencer à approvisionner le marché unique européen en Spoutnik V dès l’autorisation par l’Agence européenne du médicament » (AEM), a dit dans un communiqué le patron du Fonds, Kirill Dmitriev.

Des vaccins pour 50 millions d’Européens en juin

Le responsable du RDIF, qui a financé le développement de ce vaccin, n’a pas indiqué le nom des groupes européens avec lesquels des accords avaient été trouvés. Le 9 mars, un premier accord de production avait été annoncé en Italie avec l’entreprise pharmaceutique italo-suisse Adienne qui doit produire le vaccin en Lombardie. Spoutnik V n’est pas encore autorisé dans l’Union européenne, mais a franchi une étape avec le début de son examen par l’AEM, basée à Amsterdam. Après cette annonce, les autorités russes se sont dites prêtes à fournir des vaccins à 50 millions d’Européens à partir de juin.

En outre, Kirill Dmitriev a indiqué ce lundi que la Russie était aussi prête à « lancer l’approvisionnement des pays de l’UE qui autoriseront Spoutnik V indépendamment » de l’EMA, à l’instar de la Hongrie. Initialement accueilli avec scepticisme à l’étranger car annoncé comme une réussite dès l’été 2020 après des essais sur seulement quelques dizaines de personnes, le Spoutnik V a depuis convaincu une cinquantaine de pays. Sa fiabilité a été validée en février par la revue scientifique The Lancet.

Des difficultés d’approvisionnements

Le développement du vaccin avait été confié à des institutions étatiques, et est célébré à Moscou comme un succès historique pour la Russie de Vladimir Poutine. Le choix du nom est d’ailleurs hautement symbolique. Hommage au premier satellite à avoir été mis en orbite, en 1957 par l’URSS, il rappelle une prouesse scientifique et un revers historique pour le rival américain.

La Russie accuse en outre régulièrement les Occidentaux d’avoir fait campagne contre le Spoutnik V, en insinuant que Moscou orchestrait une diplomatie du vaccin destinée à semer la discorde en Europe. L’UE est confrontée à des difficultés d’approvisionnements en vaccins anti-Covid développés par les groupes pharmaceutiques occidentaux.