Inde : Un homme déclaré mort redonne des signes de vie sur la table d’autopsie

RENAISSANCE Les médecins avaient déclaré le décès d’un homme de 27 ans, arrivé dans un état critique à l’hôpital après un accident de moto

20 Minutes avec AFP

— 

Une salle pour des autopsies dans un hôpital (illustration).
Une salle pour des autopsies dans un hôpital (illustration). — Dalibor Gluck/AP/SIPA

C’est une erreur de diagnostic qui aurait pu être sans retour. Un Indien, déclaré mort par des médecins après un grave accident de moto, a montré des signes de vie sur une table d’autopsie juste avant le début de son examen post-mortem, a indiqué mercredi un fonctionnaire des services de santé.

L’homme de 27 ans, originaire de la ville de Mahalingapur dans l’Etat du Karnataka dans le sud de l’Inde, avait été transporté dans un état critique le week-end dernier dans un hôpital privé où les médecins ont déclaré son décès. Sa famille avait alors transféré le « corps » dans un hôpital public voisin, où il devait subir un examen post-mortem lundi.

Son état s’améliore

Ses proches ont raconté à la presse locale qu’un pathologiste avait vu le corps, sur la table d’autopsie, soudainement bouger. Un fonctionnaire des services de santé a confirmé l’incident et a précisé que le jeune homme avait été immédiatement admis dans un autre hôpital, où son état s’améliorait.

Le fonctionnaire a reconnu que les médecins de l’établissement privé avaient fait preuve d’un « mauvais jugement ». Il reste à la famille de déposer une plainte officielle pour négligence médicale, a ajouté le fonctionnaire.