Etats-Unis : Alerte sur un possible projet d'attaque contre le Capitole lié à Qanon jeudi

MENACE La sécurité a été renforcé, et la Chambre, qui devait être en session, a décidé d'avancer un vote

20 Minutes avec AFP

— 

Qu'est-ce que le mouvement complotiste QAnon ? — 20 Minutes

Sécurité renforcée au Capitole. La police américaine a fait état d’un projet d’assaut du siège du Congrès prévu pour le 4 mars, et se dit prête à répondre à « toutes menaces ». Le bâtiment avait déjà été pris pour cible par des manifestants pro-Trump le 6 janvier.

Des membres du mouvement conspirationniste QAnon pensent que le 4 mars verra Donald Trump investi président des Etats-Unis pour un second mandat. « Nous avons obtenu des informations qui montrent un possible projet d’une milice identifiée pour forcer l’entrée du Capitole le 4 mars », a écrit la police dans un communiqué, en affirmant être « informée et préparée pour toutes menaces potentielles ».

Des informations « inquiétantes »

« Nous prenons ces informations au sérieux », souligne-t-elle. « Compte tenu de la nature sensible de ces informations, nous ne pouvons pas donner plus de précisions à ce stade. » La police du Capitole affirme avoir « déjà opéré un renforcement important de la sécurité » depuis le 6 janvier, lorsque des centaines de partisans de Donald Trump ont envahi le siège du Congrès pendant que les parlementaires certifiaient la victoire du démocrate Joe Biden. Des membres de la Garde nationale patrouillent toujours dans l'enceinte du Capitole, protégée par des barrières et des fils barbelés.

« Notre département travaille avec nos partenaires locaux, des Etats et fédéraux pour contrer toute menace contre le Capitole », poursuit-elle. Mardi soir, la police du Capitole avait simplement indiqué être « avertie d’informations et de renseignements inquiétants relatifs au 4 mars ».

Après l'alerte donnée par la police, la Chambre des représentants a avancé à mercredi soir deux votes prévus jeudi, ce qui permettra à ses quelque 430 parlementaires de ne pas revenir dans l'hémicycle avant la semaine prochaine. En revanche le Sénat sera en séance à partir de midi, sous une sécurité encore renforcée.

Une date historique

Le responsable des services chargés du protocole et de la sécurité au Congrès, Timothy Blodgett (« Acting Sergent at Arms »), avait envoyé un message aux parlementaires du Congrès lundi pour les informer qu’il travaillait en étroite coopération avec la police pour surveiller les informations « liées au 4 mars et aux possibles manifestations entourant ce que certains appellent « le vrai jour de l’investiture » ».

« L’importance de cette date a apparemment diminué parmi différents groupes ces derniers jours », soulignait-il toutefois dans un courriel publié par des médias américains. Jusqu’en 1933, les présidents américains étaient investis le 4 mars, et non le 20 janvier comme c’est désormais la tradition.

Pendant la présidence de Donald Trump, des membres de la nébuleuse QAnon étaient convaincus que le républicain allait sauver le monde face à des élites corrompues et pédophiles. Des membres autoproclamés de QAnon étaient présents parmi les manifestants du 6 janvier. Le prix des chambres au luxueux hôtel Trump International, près du Capitole, a, lui, explosé jusqu'à 1.331 dollars la nuit pour mercredi et jeudi soir, contre 476 dollars jusqu'à la fin mars.