Etats-Unis : Un chirurgien assiste à son procès sur Zoom en pleine opération

INSOLITE « Je suis au bloc opératoire, là. Je suis prêt pour mon procès, a-t-il assuré. Allez-y », a assuré ce chirurgien californien qui comparaissait devant la justice en visioconférence depuis son bloc opératoire

20 Minutes avec agence
— 
Une opération chirurgicale.
Une opération chirurgicale. — Pixabay / sasint

Un chirurgien américain a comparu à distance devant la justice ce jeudi alors même qu’il effectuait une opération. Son procès pour infraction au code de la route était organisé via le programme de visioconférence Zoom. Scott Green, spécialisé en chirurgie esthétique, a participé à l’audience depuis le bloc opératoire, vêtu de gants, masque, bonnet et combinaison de protection, montre la vidéo relayée par The Sacramento Bee.

« Je suis au bloc opératoire, là. Je suis prêt pour mon procès, a-t-il assuré. Allez-y. » Derrière lui, l’image laissait apparaître les spots lumineux placés au-dessus du patient en cours d’opération. Les signaux sonores émis par les machines médicales étaient aussi perceptibles. Le médecin a pourtant prêté serment à distance auprès du greffier avant l’arrivée de Gary Link, commissaire supérieur de la cour de Sacramento (Etats-Unis), qui présidait l’audience.

Audience reportée

Ce dernier n’a pas caché sa surprise en découvrant dans quel environnement comparaissait virtuellement son interlocuteur. « Sauf erreur de ma part, je vois un mis en cause au milieu d’un bloc opératoire et qui semble s’occuper activement d’un patient, s’est étonné le magistrat. C’est bien ça ? » Scott Green a alors expliqué qu’il pouvait comparaître car un confrère prenait en charge l’intervention médicale.

Le juge a cependant préféré reporter l’audience, confiant ne pas souhaiter mettre en danger la santé du patient. Il a qualifié la situation d'« inappropriée » et a reprogrammé le procès au mois de mars. Le chirurgien a quant à lui présenté ses excuses, indiquant ne pas toujours être maître des horaires des opérations. « Ça arrive », lui a répondu Gary Link.

La séquence a pu être visionnée par le public. La loi californienne oblige en effet les audiences pour délits routiers à se tenir en public. A cause du huis-clos imposé par les mesures sanitaires anti-coronavirus, les comparutions sont diffusées en direct sur YouTube.