Coronavirus : L’Iran a officiellement dépassé le seuil des 60.000 décès

EPIDEMIE Il s’agit du pays le plus touché par la pandémie de coronavirus au Proche et au Moyen-Orient

20 Minutes avec AFP

— 

Des Iraniens à Téhéran, le 21 février 2021.
Des Iraniens à Téhéran, le 21 février 2021. — ATTA KENARE / AFP

Pays le plus touché par la pandémie de coronavirus au Proche et au Moyen-Orient, l’Iran a officiellement franchi la barre des 60.000 morts, a annoncé le ministère de la Santé, ce dimanche.

Plusieurs hauts responsables iraniens, notamment le président Hassan Rohani, avaient mis en garde ces dernières semaines contre une « quatrième vague » de Covid-19, après une hausse du nombre des cas dans certaines régions du pays.

Le variant britannique détecté

« Malheureusement, 93 personnes ont perdu la vie à cause du Covid-19 au cours des dernières 24 heures », portant le bilan officiel de la maladie à 60.073 en Iran, a annoncé à la télévision d’Etat Sima Sadat Lari, la porte-parole du ministère de la Santé. « Malheureusement, 93 personnes ont perdu la vie à cause du Covid-19 au cours des dernières 24 heures », portant le bilan officiel de la maladie à 60.073 décès en Iran, a annoncé dimanche à la télévision d’Etat Sima Sadat Lari, la porte-parole du ministère de la Santé.

La République islamique a en outre enregistré 8.010 contaminations quotidiennes au virus au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le nombre total des infections à 1.631.169 en Iran, selon la même source. Plusieurs responsables iraniens reconnaissent néanmoins que ces bilans sont largement inférieurs à la réalité. Le gouvernement a affiché son inquiétude à plusieurs reprises après la détection début janvier du premier cas du variant britannique en Iran. « Nous avons identifié 112 personnes touchées par le variant britannique du coronavirus dans le pays, dont 8 sont décédées », a regretté vendredi Aliréza Raïssi, vice-ministre de la Santé, selon le site du ministère.

Une situation « très fragile »

Aliréza Zali, chargé de la coordination contre l’épidémie dans la capitale, a confirmé jeudi la circulation du virus anglais à Téhéran, jugeant la situation « très fragile ». La République islamique avait officiellement enregistré moins de 7.000 contaminations quotidiennes depuis fin décembre, mais ce seuil a de nouveau été franchi début février.

Le nombre de décès par jour reste inférieur à 100, niveau le plus bas depuis juin. La campagne de vaccination a été lancée le 9 février, moins d’une semaine après la livraison du premier lot du vaccin russe Spoutnik V. L’Iran a par ailleurs commencé en décembre les essais cliniques de son propre vaccin.