Pourquoi l'Australie brûle-t-elle?

INCENDIES Les feux sont attisés par un dangereux cocktail: températures record, sécheresse inédite et vents violents...

A. G. (avec agence)

— 

 A bushfire burns through a forest on the outskirts of Labertouche, 90km (56 miles) east of Melbourne February 7, 2009. Aircraft dropped water bombs on raging Australian bush fires on Saturday as a "once in a century" heatwave sparked dozens of blazes across the country.  REUTERS/Mick Tsikas (AUSTRALIA)
 A bushfire burns through a forest on the outskirts of Labertouche, 90km (56 miles) east of Melbourne February 7, 2009. Aircraft dropped water bombs on raging Australian bush fires on Saturday as a "once in a century" heatwave sparked dozens of blazes across the country.  REUTERS/Mick Tsikas (AUSTRALIA) — REUTERS/Mick Tsikas

«Je n'ai jamais vu des conditions climatiques aussi extrêmes que celles de samedi. C'est sans précédent.» Mark Adams, spécialiste des incendies à l'université de Sydney, est formel. Les feux qui ravagent l’Australie depuis samedi sont sans précédent dans l’histoire du pays. Selon les derniers bilans, ils ont provoqué la mort d’au moins 171 personnes et détruit près de 750 habitations.

Confrontées à des flammes atteignant 15 à 20 mètres de haut, les victimes parlent de vision apocalyptique. «En cinq secondes, tous mes plans de sécurité sont tombés à l'eau, malgré toute ma préparation je n'ai pas pu sauver ma maison», a expliqué Peter Mitchell, de Kinglake, à la radio australienne ABC.

Dangereux cocktail

Les incendies se sont propagés à la faveur des effets conjugués de la sécheresse, de vents violents et de la pire canicule recensée depuis un siècle. Le mercure a ainsi frôlé samedi les 47°C près de Melbourne, un record pour un mois de février.

«Le réchauffement, le climat et la sécheresse modifient la nature, la férocité et la durée des feux de brousse», assure Gary Morgan, chef du Centre de recherche Bushfire Coopérative de Sydney.

Actions de pyromanes

Selon les autorités australiennes, un certain nombre des 400 feux recensés auraient été déclenchés par des pyromanes. Deux d'entre eux ont été inculpés ce lundi et risquent vingt-cinq ans de prison. Le Premier ministre australien Kevin Rudd a qualifié ces actions de «massacres».

Une trentaine de feux sont toujours hors de contrôle dans l'Etat du Victoria, qui a payé le plus lourd tribut aux flammes.