Le ministre allemand de l'Economie, Michael Glos (CSU), a annoncé qu'il démissionnerait lundi, au terme d'un week-end mouvementé où son parti a d'abord dit "non" avant que la chancelière Angela Merkel et la CSU ne jugent la situation intenable.
Le ministre allemand de l'Economie, Michael Glos (CSU), a annoncé qu'il démissionnerait lundi, au terme d'un week-end mouvementé où son parti a d'abord dit "non" avant que la chancelière Angela Merkel et la CSU ne jugent la situation intenable. — Oliver Lang AFP/DDP

POLITIQUE

Le ministre allemand de l'Economie cède sa place en pleine crise

Michael Glos est remplacé par le secrétaire général du parti allemand CSU...

C'est Karl-Theodor zu Guttenberg qui récupère le portefeuille de l'Economie en Allemagne, après la démission surprise de Michael Glos. A 37 ans, le secrétaire général du parti allemand CSU a été choisi à la dernière minute par la formation, a indiqué la direction de la CSU ce lundi à l'AFP.

Le chef de l'Union chrétienne-sociale (CSU) Horst Seehofer doit commenter ce choix lors d'une conférence de presse à 11h à Munich (sud), siège du parti bavarois et allié au niveau national de la CDU de la chancelière Angela Merkel.

Ascension fulgurante pour Guttenberg

En vertu du partage du pouvoir au sein du gouvernement de «grande coalition» (conservateurs/sociaux-démocrates) mené par Angela Merkel, le ministère de l'Economie est réservé à la CSU, comme celui de l'Agriculture.

Le baron zu Guttenberg a effectué une ascension fulgurante au sein de la CSU, dont il a été nommé secrétaire général il y a trois mois seulement. Issu d'une lignée d'aristocrates bavarois traditionnellement impliqués en politique, il est plutôt considéré comme un spécialiste des affaires étrangères.

Pire crise économique depuis 1945

Michael Glos, également membre de la CSU, avait annoncé sa démission à la surprise générale ce week-end, alors que l'Allemagne traverse sa pire crise économique depuis 1945 et à sept mois et demi seulement des élections législatives.

Malgré leur réticence à bouleverser la composition du gouvernement dans ces conditions, Horst Seehofer et Angela Merkel n'ont eu d'autre choix que d'accéder à sa demande.

Jamais à l'aise avec son portefeuille

Michael Glos a justifié ce départ en retraite par son âge, 65 ans cette année, ainsi que par la nécessité d'un renouvellement au sein de son parti. Ce tribun de la CSU, amateur de joutes parlementaires, n'avait jamais semblé à l'aise avec son portefeuille, qu'il n'avait accepté qu'en raison de la défection de l'ancien meneur de la CSU Edmund Stoiber.

Depuis le début de la crise économique, il avait été totalement évincé par un duo composé d'Angela Merkel et du ministre des Finances social-démocrate Peer Steinbrück. Sa passivité était d'ailleurs critiquée jusqu'au sein de son propre parti.