Vaccination en Espagne : La Galice instaure une amende pour ceux qui refusent le vaccin anti-Covid-19

PIQURE Le gouvernement central espagnol voulait pourtant miser sur le volontariat pour sa campagne vaccinale

R. G.-V.

— 

Lors d'une vaccination en Espagne, en janvier. (archives)
Lors d'une vaccination en Espagne, en janvier. (archives) — Emilio Morenatti/AP/SIPA

Ce n’est pas une obligation de se faire vacciner, mais ça y ressemble. La région espagnole de Galice (nord-ouest) a décidé d’imposer une amende à celles et ceux qui refusent de se faire vacciner contre le coronavirus. D’après Ouest-France, l’amende pourrait aller de 1.000 à 60.000 euros. Cette initiative est une première en Espagne, alors que le gouvernement central, socialiste, a basé sa campagne de vaccination sur le volontariat. La Galice, dirigée par le principal parti d’opposition, le Parti populaire (droite conservatrice), voit donc les choses autrement.

« On considère les Galiciens comme des suspects permanents », estime l’opposition régionale, mené par le Bloc nationaliste galicien (gauche). Les socialistes, eux, ne voient pas pourquoi perturber une campagne de vaccination qui se déroule bien jusque-là. C’est-à-dire que l’idée de cette amende est née en novembre, alors que les sondages montraient que 40 % seulement des Espagnols et Espagnoles étaient volontaires pour la vaccination. Aujourd’hui, 80 % le sont d’après les sondages.

Les partis d’opposition régionale espérèrent que la décision du gouvernement galicien sera invalidée par le Tribunal suprême espagnol. Mais il y a peu d’espoirs, à en croire un professeur de droit constitutionnel interrogé par Ouest-France, Federico de Montalvo : « Dans ce cas, ce que je comprends, c’est qu’il n’y a pas d’obligation à se faire vacciner. Seulement, en cas de refus, on encourt une amende. C’est comme lors d’un contrôle autoroutier, si vous ne présentez pas votre permis de conduire, vous avez une sanction. » Subtile, donc.