République tchèque : L'extension d'une mine de charbon en Pologne contestée en justice

RESSOURCES L'exploitation à ciel ouvert a un impact négatif sur l'environnement des régions frontalières, où les habitants se plaignent du bruit, de la poussière et du manque d'eau

20 Minutes avec agences

— 

Une mine de charbon dans la province chinoise de l'Anhui (illustration).
Une mine de charbon dans la province chinoise de l'Anhui (illustration). — Huang Shi Peng/AP/SIPA

Le gouvernement tchèque a annoncé ce lundi qu'il comptait saisir la justice européenne pour contester l'extension d'une mine de charbon en Pologne, à proximité de sa frontière, et demander l'arrêt de l'exploitation de cette mine. Selon le ministère des Affaires étrangères, cette mine à ciel ouvert a un impact négatif sur l'environnement des régions frontalières, où les habitants se plaignent du bruit, de la poussière et du manque d'eau.

Le ministre tchèque des Affaires étrangères a indiqué qu'il comptait saisir la Cour de justice de l'Union européenne entre fin février et début mars, espérant un verdict d'ici un an. « J'ai longtemps cherché à résoudre ce contentieux sans passer par la justice », explique-t-il dans un communiqué, ajoutant qu'il allait demander la fermeture préventive de la mine jusqu'à ce que la décision soit rendue.

Une fermeture progressive d'ici 2049

La mine de Turow, active depuis 1904, est située dans le sud-ouest de la Pologne, à la frontière de la République Tchèque et de l'Allemagne, qui s'en plaint également. Le groupe énergétique public PGE, qui détient et exploite la mine, compte en extraire du charbon jusqu'en 2044 et veut l'étendre de 25 à 30 kilomètres carrés.

Malgré les protestations de la République tchèque et de l'Allemagne, le gouvernement polonais a reconduit pour six ans en 2020 l'autorisation d'exploitation de Turow. La Commission européenne avait estimé en décembre que la Pologne avait mal évalué l'impact environnemental de la mine et mal informé ses voisins sur ses plans.

Elle avait toutefois ajouté que les plaintes de Prague concernant l'impact de la mine sur les réserves d'eau potable étaient infondées. Dépendante du charbon pour environ 80 % de son électricité et avec quelque 80.000 emplois dans le secteur minier, la Pologne prévoit la fermeture progressive de ses mines d'ici 2049.