Affaire Navalny : Un tribunal russe condamne l’opposant à une amende pour « diffamation »

JUSTICE Le Parquet avait requis dans ce dossier 950.000 roubles d’amende (10.600 euros environ) et réclamé qu’une peine avec sursis de l’opposant soit converti en prison ferme 

20 Minutes avec AFP

— 

L'opposant russe Alexeï Navalny.
L'opposant russe Alexeï Navalny. — Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

Un tribunal russe a condamné ce samedi le principal détracteur du Kremlin, Alexeï Navalny, à une amende pour « diffamation » envers un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, quelques heures après une condamnation en appel à deux ans et demi de prison dans une autre affaire. « Navalny a commis le délit », a déclaré la juge Vera Akimova lors de la lecture de l’énoncé de sa décision, condamnant l’opposant à une amende de 850.000 roubles (environ 9.500 euros).

L’opposant de 44 ans a été reconnu coupable d’avoir diffusé des informations « mensongères » et « injurieuses » au sujet d’un ancien combattant qui avait défendu dans un clip de campagne, l’été dernier, un référendum ayant renforcé les pouvoirs du président Vladimir Poutine. Il avait qualifié, sur un réseau social, les intervenants dans cette vidéo de « honte de la Nation » et de « traîtres ».

La victoire soviétique sur les nazis occupe une place centrale dans la conscience collective russe et est abondamment célébrée par les autorités et la population. Les critiques à l’égard des anciens combattants sont généralement très mal perçues.

Navalny ne lâche rien

Au cours des précédentes audiences, Alexeï Navalny a multiplié les échanges tendus avec le ministère public et la juge, dénonçant leur soumission aux autorités et estimant que la justice manipulait un homme de 94 ans pour réprimer un adversaire du pouvoir.

Avant la lecture de la décision samedi, Alexeï Navalny a une nouvelle fois affiché une attitude de défi et lancé des blagues derrière sa cage en verre. « Pourquoi êtes-vous tous si tristes ? », a-t-il déclaré en racontant avoir essayé de faire des glaces au centre de détention ou encore avoir préparé des cornichons.

Dans une affaire séparée, Alexeï Navalny a vu ce samedi sa peine d’emprisonnement confirmée en appel mais légèrement réduite à deux ans et demi, dans une affaire de fraude datant de 2014 et qu’il dénonce comme politique.