Rush Limbaugh, légende conservatrice et controversée de la radio américaine, est mort

ETATS-UNIS Farouche critique de Barack Obama et fervent supporteur de Donald Trump, l'influent polémiste est décédé des suites d'un cancer du poumon à l'âge de 70 ans

P.B. avec AFP
— 
L'animateur radio américain Rush Limbaugh, ici en 2019, est mort le 17 février 2021.
L'animateur radio américain Rush Limbaugh, ici en 2019, est mort le 17 février 2021. — Andrew Harnik/AP/SIPA

C’était l’une des voix les plus reconnaissables – et les plus influentes – de la radio politique américaine. Le célèbre animateur conservateur Rush Limbaugh, désigné par certains démocrates comme le véritable chef idéologique du parti républicain dans les années Obama, est mort mercredi matin des suites d’un cancer du poumon. Il avait 70 ans, dont près de 50 passées à l’antenne. Avec 15 millions d’auditeurs hebdomadaires, le roi de la provocation avait bâti un empire de plusieurs centaines de millions de dollars.

« Rush Hudson Limbaugh III sera pour toujours le plus grand et un pionnier courageux de la radio », a déclaré sa femme Kathryn dans un communiqué publié sur la page Facebook officielle de l’animateur. Elle a annoncé son décès à l’antenne.

« Feminazi » et Obama le « socialiste »

Avec Bill O’Reilly de Fox News, Rush Limbaugh a incarné la voix de l’opposition ultraconservatrice pendant les années Clinton et Obama, qu’il qualifiait régulièrement de « socialiste ». A l’époque, le chef du parti républicain, Michael Steele, avait été contraint de s’excuser après avoir critiqué Limbaugh, qui avait publiquement souhaité qu’Obama, un affreux « socialiste », « échoue ».

Anti-féministe (il se déchaînait souvent contre les « feminazis »), climato-sceptique, jouant des stéréotypes raciaux ou se moquant de la maladie de Parkinson de Michael J. Fox pour le plus grand plaisir de son audience, Rush Limbaugh était un fervent supporteur de Donald Trump.

« Il m’a soutenu dès le début. (C’était) un grand gentleman », a réagi l'ex-président américain par téléphone sur la chaîne Fox News. « C’était un gars unique. Il avait une perspicacité extraordinaire ». Donald Trump lui avait remis l’an dernier la médaille présidentielle de la liberté, l’honneur civil le plus important qui puisse être accordé aux Etats-Unis, une décision qui avait fait hurler les progressistes.