Nucléaire iranien : Paris appelle l’Iran à ne prendre « aucune mesure qui aggraverait la situation »

DIPLOMATIE Malgré le changement d’administration américaine, la reprise du dialogue est difficile entre l’Iran et les Occidentaux

20 Minutes avec AFP

— 

L'usine souterrain de Fordo, où l'Iran enrichit de l'uranium (image d'illustration).
L'usine souterrain de Fordo, où l'Iran enrichit de l'uranium (image d'illustration). — HO / Atomic Energy Organization of Iran / AFP

Alors que l'Iran a annoncé avoir commencé à produire de l'uranium métal, brisant une nouvelle fois son engagement sur l’accord nucléaire de 2015, la diplomatie française a réagi, appelant Téhéran à la responsabilité ce jeudi. Une demande appuyée par Moscou.

« Afin de préserver l’espace politique pour la recherche d’une solution négociée, nous appelons l’Iran à ne prendre aucune nouvelle mesure qui aggraverait encore la situation sur le plan nucléaire », a indiqué le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué. « Si nous comprenons la logique et les raisons qui motivent l’Iran, il est nécessaire de faire preuve de retenue et d’une approche responsable », a déclaré pour sa part à l’agence de presse Ria Novosti le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

Des avancées espérées grâce aux Etats-Unis

L’installation de l’administration Biden aux Etats-Unis laisse espérer des avancées diplomatiques possibles sur le sujet après la politique de « pression maximale » exercée par son prédécesseur. Mais Téhéran comme Washington appellent chacun l’autre camp à faire le premier pas pour une véritable reprise du dialogue.

« La France se félicite de la volonté confirmée de la nouvelle administration américaine de revenir à une approche diplomatique du dossier nucléaire iranien, dans la perspective d’un retour au JCPoA », nom donné à l’accord de Vienne de 2015, a précisé le Quai d’Orsay.

Utilisé dans la fabrication d’armes nucléaires

Sergueï Riabkov a de son côté appelé les Etats-Unis à « lever les sanctions prises contre Téhéran » et « ne pas faire traîner les choses en longueur ». Mercredi soir, l’Agence internationale de l’énergie atomique avait annoncé avoir « procédé le 8 février à la vérification de 3,6 grammes d’uranium métal dans l’usine d’Ispahan ».

Si ce n’est pas une surprise – l’Iran avait fait savoir mi-janvier qu’il avançait dans cette direction –, le sujet est sensible car l’uranium métal peut être utilisé dans la fabrication d’armes nucléaires. La République islamique a toujours nié vouloir se doter de la bombe, même si l’AIEA avait établi le contraire en 2011. Mais Paris et Moscou ont exprimé leurs inquiétudes. « Cela n’incite pas à l’optimisme », a estimé le ministre russe, tandis que la France jugeait la situation « préoccupante » du fait de « l’accumulation des violations par l’Iran de l’accord de Vienne ».