Coronavirus : La France défend à l'OMS le partage équitable des vaccins et traitements

PANDEMIE Depuis le début de la vaccination, 75 % des 130 millions de doses ont été déployées dans dix pays seulement

20 Minutes avec AFP

— 

La France veut rendre les vaccins accessibles à un prix juste, a déclaré Jean-Yves Le Drian.
La France veut rendre les vaccins accessibles à un prix juste, a déclaré Jean-Yves Le Drian. — AFP

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a défendu mardi devant l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le partage équitable des outils de lutte contre le Covid-19, avec la mise en place d’une charte.

Le ministre français a présenté cette charte en six points lors d’une réunion de l’initiative Accélérateur ACT (Act-A), mécanisme lancé par l’ONU avec le soutien de plusieurs pays pour faciliter l’accès de tous aux vaccins et traitements. Cette charte, a-t-il résumé, « c’est un engagement à mettre les financements publics au service de la recherche, c’est un engagement à partager les données et les savoirs et à encourager le transfert technologique ».

Covax, un outil international

« C’est un engagement à nous battre pour que les vaccins soient accessibles à des prix transparents et justes, c’est un engagement à renforcer les systèmes de santé et à coordonner l’action des diagnostics, traitements et vaccins », a-t-il poursuivi.

La charte, lancée à l’initiative du président français Emmanuel Macron avec le soutien du directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, a fait l’objet d’un consensus entre les membres du Conseil de facilitation de l’Accélérateur ACT. La liste officielle des signataires sera publiée prochainement. Jean-Yves Le Drian a appelé la communauté internationale à redoubler d’efforts en accompagnant « la montée en puissance » du mécanisme Covax mis en place par l’OMS pour tenter de garantir une distribution équitable des vaccins contre le Covid-19, et qui doit très prochainement livrer les premières fioles aux pays à faibles revenus.

« Nous devons redoubler d’efforts, de manière générale, en nous engageons collectivement pour faire de tout produit de santé permettant de lutter contre le Covid-19 un bien public mondial », a ajouté le ministre.

L’inégalité vaccinale représente un risque

Lors de cette réunion, le chef de l’OMS a indiqué que l’Accélérateur ACT avait besoin de 22 milliards d’euros cette année, et souligné, une fois de plus, que « plus de 90 % des pays qui déploient actuellement des vaccins sont riches ». « 75 % des 130 millions de doses déployées l’ont été dans 10 pays seulement », a également relevé Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Cette inégalité de distribution des vaccins n’est pas sans danger selon le patron de l’OMS : « Plus la durée de circulation du virus est longue, plus il peut muter, ce qui pourrait rendre les tests, les traitements et les vaccins actuels moins efficaces ». Il a également plaidé en faveur d’une « augmentation urgente » de la production de doses de vaccins, grâce notamment au transfert de technologies et à l’octroi de licences.