SOS Méditerranée : L’ONG a secouru en mer 237 migrants en détresse au large de la Libye

SAUVETAGE Des femmes, des enfants en bas âges et plus de 100 mineurs ont été secourus dans la journée de jeudi alors qu’ils tentaient la traversée vers l’Europe

20 Minutes avec agences
— 
L'Ocean Viking de SOS Méditerranée.
L'Ocean Viking de SOS Méditerranée. — Fabio Peonia/AP/SIPA

SOS Méditerranée a annoncé avoir secouru 237 migrants qui tentaient de gagner l’Europe ce jeudi. Les rescapés étaient en détresse au large de la Libye. L’Ocean Viking, le navire de secours en mer de l’organisation non gouvernementale, leur est venu en aide au cours de deux opérations différentes.

Lors d’un premier sauvetage jeudi matin, 121 personnes à bord d’un canot pneumatique surchargé ont été secourues. Selon SOS Méditerranée, l’embarcation se trouvait dans les eaux internationales, à 30 milles nautiques (environ 56 km) au large de la ville libyenne d’Al Khoms.

Retour en mer

Toujours d’après l’ONG, plusieurs migrants étaient « passés par-dessus bord ». 19 femmes et deux enfants en bas âge ont notamment pu être sauvés. Quelques heures plus tard, l’équipe l’Ocean Viking a secouru un second canot en détresse, avec à son bord 116 personnes. Parmi l’ensemble des rescapés, 101 étaient des mineurs, en grande majorité non-accompagnés.

L’Ocean Viking a repris la mer mi-janvier depuis Marseille, dans le sud de la France, après avoir passé cinq mois bloqué à quai en Italie où les autorités lui ont imposé des travaux à bord. C’est actuellement le seul navire de secours d’une ONG dans la région.

Une route meurtrière

Dès son retour en mer, le bateau avait permis le sauvetage de 374 migrants tentant la traversée vers l’Europe. Parmi eux figurait une femme enceinte de huit mois, qui a pu être évacuée par les garde-côtes italiens. Le bateau de SOS Méditerranée était ensuite reparti du port d’Augusta (Sicile) mardi.

Les candidats à l’exil venus de divers pays partent pour l’essentiel de Tunisie et de Libye pour rejoindre l’Europe via l’Italie, dont les côtes sont les plus proches. Au total, plus de 1.200 migrants ont péri en 2020 en Méditerranée dont la grande majorité sur cette route centrale, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).