Coronavirus au Royaume-Uni : Après dix mois de coma, il se réveille dans un monde en pandémie

GOOD BYE CORONA Victime d’un accident de la route le 1er mars, trois semaines avant le premier confinement britannique, Joseph Flavill s’est réveillé dans un monde « nouveau » il y a quelques jours

20 Minutes avec AFP
— 
La devanture d'un hôpital anglais. (illustration)
La devanture d'un hôpital anglais. (illustration) — Charles Krupa/AP/SIPA

Il est entré dans le coma début mars 2020, en ne sachant presque rien du coronavirus, il s’est réveillé en janvier 2021, dans un monde en pandémie. C’est l’histoire de Joseph Flavill, un anglais victime d’un accident de la route le 1er mars près de Manchester, relatée par The Sun et repris en France par Le Parisien. Nos confrères rappellent que le 1er mars, on est encore loin d’imaginer un confinement. En France, et encore plus au Royaume-Uni, où cela ne fait pas du tout parti des plans du premier ministre, Boris Johnson.

La tante de Joseph Flavill, témoigne, et on comprend que le jeune homme 19 ans ne va être mis au courant que progressivement. Cela va faire partie de sa rééducation, même certains signes ne trompent pas : seule sa mère peut venir lui rendre visite, à cause des restrictions sanitaires. « Nous en parlons au téléphone et nous essayons de lui faire prendre conscience que nous voulons vraiment être là en lui tenant la main, mais nous ne pouvons tout simplement pas le faire », explique la tante de Flavill.

Il va progressivement découvrir un nouveau monde, fait de masques, de gel hydroalcoolique et où les bars sont fermés, entre autres. Une histoire qui n’est pas sans rappeler celle du film Good bye, Lenin !, sorti en 2003, sur la fin du bloc de l’Est. Dans le film de Wolfgang Becker, une Berlinoise de l’est, fervente communiste tombe dans le coma peu avant la chute du mur, elle se réveille peu de temps avant la réunification. Pour lui éviter un choc en découvrant que le capitalisme envahi déjà l’Allemagne de l’Est, son fils reproduit dans l’appartement familial une fausse RDA, toujours communiste.