Violences à Washington : Joe Biden rend un dernier hommage au policier tué au Capitole

SYMBOLE L’agent aurait été frappé à la tête avec un extincteur alors qu’il luttait contre les partisans de Donald Trump qui envahissaient le Congrès

20 Minutes avec AFP

— 

Joe et Jill Biden rendent hommage au Capitole au policier tué durant les émeutes au Congrès, le 2 février 2021.
Joe et Jill Biden rendent hommage au Capitole au policier tué durant les émeutes au Congrès, le 2 février 2021. — /SIPA

C’est un honneur posthume exceptionnel que connaît le policier tué après l’assaut du Congrès, en ayant sa dépouille exposée au Capitole. Pour ajouter au symbole, le président américain Joe Biden lui a rendu mardi un dernier hommage solennel.

Le démocrate, accompagné de la Première dame, a incliné la tête et porté sa main à son cœur devant l’autel contenant les cendres de l’officier, exposées à la rotonde du parlement américain pendant plusieurs heures. Les drapeaux du Capitole avaient préalablement été mis en berne.

Brian Sicknick, 42 ans, a succombé à des blessures reçues lors d’affrontements avec des partisans du président Donald Trump lors de leur intrusion violente au Capitole le 6 janvier. L’agent aurait été frappé à la tête avec un extincteur alors qu’il luttait contre les émeutiers qui envahissaient les couloirs du Congrès dans l’objectif d’annuler la procédure certifiant la victoire électorale de Joe Biden.

Un total de cinq morts

Ce membre de la force de protection du Congrès est ensuite retourné à son bureau où il s’est effondré et a été conduit à l’hôpital, selon la police du Capitole. Il est décédé le lendemain, a-t-on précisé de même source, ce qui a porté le total de morts dans cette attaque du Capitole à cinq.

Seules quatre autres personnes avant Brian Sicknick avaient été célébrées dans la rotonde du Capitole : le révérend Billy Graham, l’icône des droits civiques Rosa Parks, et deux autres policiers du Capitole, Jacob Chestnut et John Gibson, tués lors d’une fusillade dans le bâtiment en 1998. Quatre jours après l’attaque du 6 janvier, des centaines de policiers qui n’étaient pas en service se sont alignées sur Constitution Avenue, à Washington, pour saluer le passage du corbillard transportant le corps de Brian Sicknick.