Royaume-Uni : Fermeture des magasins de vêtements Topshop, 2.500 emplois condamnés

FAILLITE Les commerces britanniques subissent une crise historique, en raison de l’expansion de la vente en ligne et de la crise sanitaire

20 Minutes avec AFP
— 
Coronavirus : Le Royaume-Uni lance une vaccination de masse — 20 Minutes

La fermeture de 70 magasins de la marque britannique de prêt à porter Topshop du groupe en faillite Arcadia, rachetés par l’entreprise de vente de vêtements en ligne Asos, va entraîner la suppression de 2.500 emplois, ont annoncé deux sources proches du dossier, ce lundi. Les commerces britanniques subissent une crise historique, en raison de l’expansion de la vente en ligne et de la crise sanitaire. De nombreuses faillites sont attendues.

Asos met la main sur les marques Topshop, Topman, Miss Selfridge and HIIT, ainsi que sur la propriété intellectuelle et les stocks, selon un communiqué lundi du cabinet Deloitte, qui gère la faillite d’Arcadia. Mais les 70 magasins de ces marques ne sont pas compris dans l’opération et « vont fermer », a indiqué une source proche du dossier. Une autre source a confirmé que cela devrait entraîner la disparition de 2.500 postes.

Une plateforme « multimarques » pour Asos

Asos va payer au total 330 millions de livres, dont 265 millions pour les marques et 65 millions pour les stocks existants ou ceux déjà commandés. Asos a confirmé le rachat dans un communiqué distinct, promettant de continuer à développer les marques. « L’acquisition de ces marques britanniques emblématiques est un moment très important pour Asos et nos clients et cela va nous aider à renforcer notre stratégie visant à proposer une plateforme multimarques », a déclaré Nick Beighton, directeur général d’Asos.

La célèbre marque à bas prix Topshop va poursuivre son histoire, elle qui était encore il y a quelques années un emblème de la mode jeune et branchée, et était le joyau de l’empire Arcadia de l’homme d’affaires Philip Green. Arcadia, fort de 13.000 salariés au total, a fait faillite fin 2020, emporté comme beaucoup de commerce par la crise sanitaire et les mesures de restriction. Le groupe avait vu sa situation financière et ses ventes se dégrader à grande vitesse du fait des fermetures imposées de magasins, mais ses problèmes sont bien plus anciens, notamment du fait de sous-investissements dans les activités en ligne.