Coronavirus : L’Allemagne prête à attaquer les laboratoires sur le retard des livraisons des vaccins à l’UE

MENACES L’exécutif allemand menace de lancer des actions en justice contre les fabricants ne « respectant pas leurs obligations »

20 Minutes avec AFP

— 

Le vaccin du laboratoire AstraZeneca posé sur le drapeau européen
Le vaccin du laboratoire AstraZeneca posé sur le drapeau européen — Action Press//SIPA

Dans la lutte contre la propagation du coronavirus, la tension continue de monter autour des retards pris notamment par le britannique AstraZeneca. Le gouvernement allemand a ainsi menacé dimanche d’action en justice les laboratoires ne « respectant pas leurs obligations » de livraison de vaccins à l’Union européenne.

« S’il s’avère que des entreprises n’ont pas respecté leurs obligations, nous devrons décider de conséquences judiciaires », a expliqué le ministre de l’Économie Peter Altmaier, dans une interview au quotidien allemand Die Welt. « Aucune entreprise ne peut favoriser un autre pays par rapport à l’UE après coup », a-t-il ajouté.

Le ton est monté ces dernières semaines entre les dirigeants européens et le laboratoire britannique AstraZeneca, qui a accumulé les retards de livraisons de son vaccin contre le Covid-19. Le groupe a expliqué ne pouvoir livrer qu'« un quart » des doses initialement promises à l’UE au premier trimestre, accusant une « baisse de rendements » dans une usine européenne. L’Union Européenne accuse pour sa part implicitement le laboratoire d’avoir favorisé la Grande-Bretagne dans la livraison de ses vaccins, au détriment de ses obligations contractuelles avec Bruxelles.

Pfizer menacé par l’Italie

L’UE a pour le moment réagi en adoptant vendredi un mécanisme de contrôle des exportations de vaccins produits sur son territoire. Celui-ci permettra « d’accélérer la vaccination », a assuré le ministre Peter Altmaier. En Allemagne, une réunion nationale doit avoir lieu lundi entre les autorités allemandes et les fabricants de vaccins, notamment pour discuter des retards.

Le groupe britannique n’est toutefois pas le seul laboratoire mis en cause par les dirigeants européens pour ses retards. La semaine dernière, l’Italie a elle aussi menacé l’américain Pfizer d’action en justice pour les mêmes raisons.