Colombie : Un militant écologiste de 11 ans menacé de mort sur Twitter

DANGER Cet incident a suscité une vague d’indignation dans le pays jusqu’au président qui a fait savoir qu’il mettait tout en œuvre pour retrouver ces « bandits »

20 Minutes avec agence

— 

L'enfant a reçu des menaces après la publication d'une vidéo sur son compte Twitter (illustration).
L'enfant a reçu des menaces après la publication d'une vidéo sur son compte Twitter (illustration). — SOPA Images/SIPA

Un jeune militant écologiste colombien, Francisco Javier Vera Manzanares, a reçu des menaces de mort sur Twitter. Une enquête a immédiatement été ouverte par la police locale pour tenter de retrouver les auteurs de ces messages anonymes émis à l’encontre d’un enfant de 11 ans, rapportent nos confrères de France Info. Ce dernier a reçu le soutien de personnalités politiques ainsi que de célébrités du monde du spectacle.

Les faits ont eu lieu le 15 janvier dernier, moins d’un jour après que Francisco Vera a publié une vidéo dans laquelle il demandait au gouvernement une amélioration des connexions internet pour les jeunes obligés de suivre l’école à distance en cette période de crise sanitaire.

Le président indigné devant cet « acte inadmissible »

Mais il n’en était pas à son coup d’essai. En effet, cet enfant de 11 ans est déjà bien connu en Colombie pour son engagement, en particulier en faveur de l' écologie. Ses prises de position, notamment sur le recyclage ou l’exploitation minière, commencent à gêner. D’autant plus que la Colombie est connue pour être un territoire dangereux pour les défenseurs de l’environnement.

Malgré les menaces reçues, Francisco Vera souhaite continuer à se battre : « Je comprends en partie pourquoi il est si difficile d’essayer d’aider ce pays. Mais je continuerai à mettre mon statut de citoyen au service de la vie », a-t-il déclaré sur Twitter.

Le président colombien Ivan Duque a, lui, fait savoir que tout était mis en œuvre pour retrouver ces « bandits » responsables d’un « acte inadmissible ». Une récompense de 10 millions de pesos, soit environ 2.300 euros, a été promise par le chef de la police locale pour toute information qui permettrait de résoudre cette enquête.