L'agence européenne Frontex suspend ses opérations en Hongrie pour dénoncer son système d'asile

MIGRATIONS La Cour de justice de l'Union européenne a constaté de nombreuses failles dans les procédures d'asile de la Hongrie, notamment des milliers d'expulsions illégales

20 Minutes avec AFP
— 
La frontière serbo-hongroise.
La frontière serbo-hongroise. — Darko Vojinovic/AP/SIPA

Frontex, l’agence de surveillance des frontières de l’Union européenne ( UE), a annoncé mercredi qu’elle suspendait ses opérations en Hongrie après une décision de la Cour de justice européenne critiquant le système d’asile de ce pays. « Frontex a suspendu toutes ses activités opérationnelles sur le terrain en Hongrie », a déclaré à l’AFP Chris Borowski, le porte-parole de Frontex, dont le siège est à Varsovie.

« Nos efforts communs pour protéger les frontières extérieures de l’UE ne peuvent réussir que si nous veillons à ce que notre coopération et nos activités soient pleinement conformes aux lois de l’UE », a-t-il déclaré.

Des expulsions illégales

En décembre, la Cour de justice de l’Union européenne a constaté de nombreuses failles dans les procédures d’asile de la Hongrie, notamment l’expulsion illégale de migrants en provenance de Serbie. Elle a également déclaré que les lois interdisant aux demandeurs d’asile de demeurer en Hongrie pendant que leur appel devant la justice était examiné étaient illégales et a critiqué la détention de migrants dans des « zones de transit ».

Le Comité Helsinki hongrois (HHC), un organisme de surveillance non gouvernemental, a affirmé mardi que la Hongrie avait expulsé plus de 4.400 migrants depuis la décision de la Cour de justice de l’UE.

« La décision de Frontex est importante puisque Frontex n’a jamais suspendu ses activités » auparavant, a déclaré Andras Lederer, un membre du HHC. Andreas Lederer a estimé que Frontex avait été forcée de suspendre ses opérations en Hongrie parce qu’elle risquait d’être tenue pour « complice » de la politique migratoire hongroise.