Investiture de Joe Biden : La suspension de la construction du mur à sa frontière satisfait le Mexique

POLITIQUE MIGRATOIRE Mexico a également salué le projet de réforme migratoire qualifié de « chemin vers la double citoyenneté »

20 Minutes avec AFP

— 

Une partie du mur entre les Etats-Unis et le Mexique, au Texas le 12 janvier 2021.
Une partie du mur entre les Etats-Unis et le Mexique, au Texas le 12 janvier 2021. — EPN/Newscom/SIPA

Un décret signé par Joe Biden dès son premier jour de mandat fait particulièrement plaisir à Mexico. Le gouvernement mexicain a salué mercredi la suspension de la construction d’un mur à sa frontière avec les Etats-Unis par le nouveau président américain ainsi que son projet de réforme migratoire. Ce mur « antimigrants » était une promesse phare de Donald Trump, faite lors de sa campagne présidentielle en 2016.

« Le Mexique salue la fin de la construction du mur », a ainsi tweeté le ministre des Affaires étrangères mexicain, Marcelo Ebrard. Celui-ci s’est également félicité du projet de réforme migratoire, saluant notamment « un chemin vers la double citoyenneté ». « Comme l’a écrit le président López Obrador il y a quelques années au désormais président Joe Biden, les ponts ouvrent la voie à la coopération et à la compréhension », a-t-il ajouté.

Le président démocrate a donc signé mercredi un décret ordonnant l’arrêt de la construction du mur. Il présentera aussi devant le Congrès un projet de réforme migratoire, qui permettra notamment de régulariser la situation de quelque 700.000 « Dreamers », ces jeunes adultes entrés clandestinement aux Etats-Unis pendant leur enfance et qui y ont toujours vécu depuis. Un programme, baptisé DACA et destiné à protéger ces personnes de l’expulsion, avait été mis en place sous la présidence Obama. Mais Donald Trump, qui avait fait de la lutte contre l’immigration illégale un des marqueurs de sa présidence, l’avait annulé dès 2017.

La question sensible des migrations

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré mercredi qu’il partageait les priorités fixées par Joe Biden pour le début de son mandat, notamment sur les migrations, une question sensible pour le Mexique dans ses relations avec les Etats-Unis. Il a toutefois été parmi les derniers à féliciter le nouveau président après sa victoire électorale en novembre. Il entretenait, il faut dire, une relation étroite avec Donald Trump.