Pérou : Plus de 5.500 femmes portées disparues en 2020, le double de l’année précédente

VIOLENCES 915 femmes, dont plus de 600 mineures, ont été portées disparues alors même que le pays était en confinement strict

20 Minutes avec agences

— 

Le drapeau péruvien (illustration).
Le drapeau péruvien (illustration). — Ong James/SUPERSTOCK/SIPA

Plus de 5.500 femmes, dont une majorité de mineures, ont disparu au Pérou en 2020. C’est le double de l’année précédente, selon un rapport du bureau du Défenseur des droits publié mardi. En 2019, 2.232 femmes avaient disparu, selon les associations féministes.

« C’est préoccupant d’avoir un chiffre aussi élevé de femmes disparues » en 2020, a réagi Patricia Sarmiento, en charge des droits des femmes au sein du bureau du défenseur des droits. Et cela alors même que le Pérou se trouvait dans un « contexte de confinement et de pandémie » où les femmes « se trouvaient dans leur foyer, un espace plus sûr ».

Un problème systémique

Selon le rapport, intitulé « Que leur est-il arrivé ? », 1.686 femmes adultes et 3.835 mineures ont ainsi été portées disparues l’an dernier. Les chiffres se basent sur les statistiques du Système de recherche des personnes disparues du ministère péruvien de l’Intérieur. Entre le 15 mars et le 30 juin, durant la période de confinement, 915 femmes dont 606 enfants et adolescentes se sont volatilisées.

C’est la première année que le bureau du défenseur des droits publie un tel rapport. La disparition de ces femmes n’est plus reliée à de possibles raisons personnelles « mais bien en raison de violences, de la traite d’êtres humains et de féminicides », précise Patricia Sarmiento. Le Pérou a enregistré 138 féminicides en 2020. 34 des victimes faisaient l’objet d’un signalement pour disparition.