Violences à Washington : Donald Trump a « incité » la foule, estime le chef républicain du Sénat

ETATS-UNIS Parmi les plus solides alliés du milliardaire républicain, Mitch McConnell a pris ses distances récemment

20 Minutes avec AFP

— 

Le chef du parti républicain au Sénat, Mitch McConnell, le 17 décembre 2019.
Le chef du parti républicain au Sénat, Mitch McConnell, le 17 décembre 2019. — J. Scott Applewhite/AP/SIPA

Pour l’influent chef des sénateurs républicains, Mitch McConnell, les partisans de Donald Trump qui ont envahi le Capitole le 6 janvier ont été « abreuvés de mensonges » et « incités » à agir par le président américain, a-t-il déclaré ce mardi.

« La foule a été abreuvée de mensonges. Elle a été incitée (à agir) par le président et d’autres personnes puissantes », a-t-il lancé lors d’un discours au Sénat.

Mitch McConnell contre Donald Trump à son procès ?

Parmi les plus solides alliés du milliardaire républicain, Mitch McConnell a pris ses distances récemment. Il a même fait savoir, après la mise en accusation du président pour « incitation à l’insurrection », qu’il n’excluait pas de le juger coupable lors de son procès au Sénat.

Dans son allocution, mardi, il a dénoncé les « criminels violents qui ont essayé d’empêcher le Congrès de faire son devoir », en perturbant la session consacrée à certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

« Le transfert pacifique du flambeau aura lieu demain »

« Ils ont essayé d’utiliser la peur et la violence pour interrompre la procédure » mais « nous avons persévéré » et le président démocrate prêtera serment mercredi, comme prévu, a-t-il souligné. « Ensuite, nous continuerons à avancer » et à travailler pour les Américains, a-t-il promis.

Le démocrate Chuck Schumer, qui doit prochainement lui succéder en tant que chef du Sénat, a partagé son analyse. « Des émeutiers, des insurgés, des suprémacistes blancs et des terroristes intérieurs ont essayé d’empêcher le transfert du pouvoir. Ils ont été incités (à agir) par le président des Etats-Unis en personne », a-t-il déclaré. Mais « ils ont échoué », a-t-il poursuivi, et « le transfert pacifique du flambeau aura lieu demain comme c’est le cas depuis des générations ».