Investiture de Joe Biden : Le groupe The New Radicals se reforme le temps d’une journée

MUSIQUE Le groupe, dissous en 1999, jouera sa fameuse chanson « You Get What You Give » ce mercredi lors d’une parade

20 Minutes avec agences

— 

Joe Biden et Kamala Harris ont revendiqué la victoire à l'élection présidentielle le7 novembre 2020.
Joe Biden et Kamala Harris ont revendiqué la victoire à l'élection présidentielle le7 novembre 2020. — Andrew Harnik/AP/SIPA

The New Radicals va se reformer le temps d’une journée. Le groupe pop-rock participera à la cérémonie d’investiture de Joe Biden et Kamala Harris, ce mercredi, un clin d’œil au fils décédé du nouveau président américain ainsi qu’au mari de la future vice-présidente.

Formé à Los Angeles en 1997, le groupe s’est séparé deux ans plus tard. Mais leur chansonYou Get What You Give, sortie entre-temps, s’est hissée au sommet des ventes dans plusieurs pays. Les paroles semblent s’adresser à tous ceux qui traversent une période difficile avec un message d’espoir. Le titre se termine aussi par un appel à résister à l’oppression des puissants.

« Le monde va s’en tirer »

Dans son autobiographie Promise Me, Dad (Promets-moi papa), publiée en 2017, Joe Biden raconte que la chanson est devenue un hymne pour la famille Biden durant la maladie de son fils Beau, décédé d’une tumeur au cerveau en 2015. Plus tard, le mari de Kamala Harris, Doug Emhoff, a choisi ce titre à chacune de ses apparitions publiques durant la campagne présidentielle 2020.

The New Radicals a accepté de se reformer à l’invitation de l’équipe Biden-Harris et se produira ce mercredi lors de la « Parade Across America », qui remplace la traditionnelle parade suivant l’investiture officielle. L’événement se déroulera sans public, pour cause de pandémie et de mesures de sécurité renforcées.

« S’il y a une chose sur terre qui pouvait nous réunir de nouveau, […] c’est l’espoir que notre chanson puisse être une petite lueur dans une période si sombre », a déclaré le fondateur du groupe, Gregg Alexander, au magazine Rolling Stone. « L’Amérique sait, au plus profond d’elle-même, qu’elle va aller mieux. […] C’est le message de cette chanson… Le monde va s’en tirer. »