Les végétariens ont-ils vraiment une vie sexuelle plus épanouie?

SLATE Le débat est lancé après la pub censurée par NBC...

Par Nina Shen Rastogi, traduction 20minutes.fr

— 

L'amour végétarien par PETA, trop osé pour NBC
L'amour végétarien par PETA, trop osé pour NBC — Capture

Mardi, la NBC a décidé qu'une pub de l'association People for the Ethical Treatment of Animals (Peta, une association qui défend les droit des animaux) était trop osée pour être diffusée pendant le Superbowl. Le spot montrait, parmi d'autres images suggestives, une femme se préparant à se faire plaisir avec une tige de brocoli. «Les études montrent que les végétariens ont une meilleure vie sexuelle», indique la pub. Est-ce vrai?

Pas nécessairement.

Dans un communiqué publié par l'association suite à la décision de la NBC, la Peta explique que la viande rend les gens «gras, malades et ennuyeux au lit», et affirme que les végétariens sont «en moyenne plus sveltes et plus minces que les mangeurs de viande» et que la viande et les produits laitiers sont liés à l'impuissance, les maladies du cœur et l'obésité.

Il est vrai que les maladies cardiovasculaires sont associées à des disfonctionnements sexuels à la fois chez l'homme et la femme et que l'obésité tend à diminuer la libido. Et c'est aussi prouvé que, dans les pays occidentaux, végétariens et végétaliens ont tendance à peser moins et à avoir des indices de masse corporelle (IMC) et des taux de cholestérol moins élevés que les carnivores.

Effets négatifs sur le désir sexuel

Ce qui doit certainement s'expliquer par le fait que les régimes végétariens sont souvent plus riches en fibres et moins riches en protéines, et que les végétariens font en général plus attention à leur santé. Un végétarien qui ne mange que des frites a de fortes chances après tout de devenir obèse et d'avoir une maladie cardiovasculaire. (Un porte-parole de la Peta évoquait des études sur les régimes végétariens développés par le docteur Dean Ornish et le docteur Caldwell B. Esselstyn comme preuves de ce que l'association avance dans la pub. Tous deux représentent un apport très limité en graisse et cholestérol.)

Le végétarisme peut aussi avoir des effets négatifs sur le désir sexuel. Les régimes végétariens provoquent souvent des déficiences en zinc, ce qui a tendance à diminuer le niveau de testostérone et les pulsions sexuelles. Les femmes végétariennes sont aussi plus susceptibles de perdre leurs règles, une situation qui rime généralement avec diminution de la testostérone, sécheresse vaginale et faible libido.

Enfin, ce n'est pas tout à fait vrai de dire que les personnes en surpoids sont moins actives sexuellement, au moins pour les femmes: une analyse récente publiée dans le journal Obstetrics et Gynecology montre que les femmes en surpoids seraient finalement plus actives.

Tolstoï renonce à la viande

Historiquement, le végétarisme a été lié davantage à la chasteté qu'au sexe. Sylvester Graham, célèbre réformateur de la diététique du XIXe siècle et inventeur du biscuit éponyme, expliquait que la viande – tout comme les lits de plume, le café, le thé et les aliments très épicés – encourage «des comportements dégénérés liés au luxe, l'indolence, la volupté et la sensualité». (Il pensait aussi que l'orgasme était lié à la diarrhée.)

A peu près à la même époque, en Russie, Leo Tolstoï a renoncé à la viande par respect pour les animaux. Dans «The First Step», son «essai sur l'éthique de l'alimentation», Tolstoï prétend que manger de la viande n'est«pas nécessaire et ne sert qu'à développer des sentiments animaux et des désirs, ainsi qu'à promouvoir la fornication et l'ivresse». Plus tard, au début du XXe siècle, des enseignants anglais ont recommandé le végétarisme à leurs étudiants comme remède anti-masturbation.