Coronavirus à Chypre : De plus en plus d’abandons de chats à cause de la pandémie

ANIMAUX La crise économique due au coronavirus pousse des habitants à abandonner leurs animaux de compagnie

20 Minutes avec agences

— 

Illustration de chats errants.
Illustration de chats errants. — Casey Christopher/REX

Les abandons de chats se multiplient à Chypre depuis le début de la pandémie de coronavirus. Dans le refuge Tala Cats, installé non loin de la ville de Paphos, les bénévoles ont noté une hausse d’environ 30 % des abandons de chats domestiques.

Face aux difficultés économiques, des expatriés ou binationaux partent sans emmener leur animal, selon la directrice du refuge. « Les gens en ce moment n’ont tout simplement pas d’argent, explique-t-elle. Ça coûte très cher de transporter un chat dans un autre pays. » Les abandons seraient aussi dus aux Chypriotes ne pouvant plus payer la nourriture ou les frais vétérinaires de leurs animaux.

Le transport et l’adoption compliqués par le Covid-19

Les chats ainsi abandonnés « ne savent pas comment survivre », explique la directrice, précisant que beaucoup se laissent dépérir. Un deuxième confinement national est entré en vigueur le 10 janvier à cause du Covid-19. La fermeture des restaurants, lieux privilégiés des chats en quête de nourriture, a accru la misère des félins mis à la rue.

Parmi les chats accueillis en refuge, un certain nombre était envoyé à l’étranger pour adoption. Leur sort s’est aussi compliqué à cause du manque d’avions et du coût d’un tel transport pour les associations. La fermeture régulière des refuges dans le cadre des mesures sanitaires a aussi rendu plus difficile leur adoption par des habitants de l’île.

Une histoire millénaire

Chypre compte aujourd’hui plus de chats que d’habitants. La stérilisation est essentielle pour contrôler la population. Mais les programmes de l’Etat sont mal mis en œuvre et les fonds consacrés (75.000 euros en 2020) insuffisants, selon des vétérinaires. De son côté, le ministère de l’Agriculture assure que son programme de stérilisation est « efficace » bien que perfectible.

Les chats sont présents sur Chypre depuis toujours. Les traces attestant de leur domestication sont les plus anciennes jamais retrouvées, y compris en Egypte pharaonique. En 2004, des archéologues ont découvert les restes d’un chat et d’un homme enterrés ensemble il y a quelque 9.500 ans dans un village néolithique, soit 1.500 ans avant la découverte record précédente d’une mâchoire de chat.