Attentat à Kaboul: trois personnes blessées, dont un militaire français

AFGHANISTAN La capitale afghane a été régulièrement le théâtre d'attentats suicide ces dernières années...

Avec agence

— 

S'ils ne sont pas officiellement en guerre en Afghanistan, les soldats français y mènent bien des opérations de guerre et en ont payé le "prix du sang", le 18 août 2008, lorsque dix d'entre eux sont tombés dans une embuscade à Uzbeen, où 21 autres ont été blessés.
S'ils ne sont pas officiellement en guerre en Afghanistan, les soldats français y mènent bien des opérations de guerre et en ont payé le "prix du sang", le 18 août 2008, lorsque dix d'entre eux sont tombés dans une embuscade à Uzbeen, où 21 autres ont été blessés. — Shah Marai AFP/Archives

Trois personnes, dont un militaire français, ont été blessées dimanche dans une attaque à la voiture piégée près d'un convoi militaire français à Kaboul.

L'attaque, perpétrée par un kamikaze et revendiquée par les talibans, est survenue dans la banlieue sud-ouest de la capitale, sur une route qui mène à la province voisine de Wardak (à 45 km au sud-est de Kaboul), où les rebelles talibans sont actifs.

La déflagration a eu lieu à proximité d'un convoi de soldats français affectés à l'entraînement de l'Armée nationale afghane (ANA), a indiqué à l'AFP un porte-parole militaire français, le lieutenant-colonel Jérôme Salle. «Un véhicule militaire a été endommagé et un soldat français a été légèrement blessé. Son état ne nécessite pas d'hospitalisation», a-t-il dit.

Kaboul régulièrement théâtre d'attentats

Environ 2.800 militaires français sont actuellement déployés en Afghanistan dans le cadre de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) de l'Otan et de l'opération Enduring Freedom (OEF), sous commandement américain. Trois cents sont affectés à la formation de l'armée afghane, selon le militaire français.

La capitale afghane a été régulièrement le théâtre d'attentats suicide ces dernières années, souvent revendiqués par les talibans, qui mènent la plupart de leurs attaques dans le sud et l'est du pays.