Etats-Unis : Les émeutiers de Washington cherchaient à « capturer et assassiner » des élus au Capitole

ENQUETE Cinq personnes, dont un policier, ont été tuées lors de l’assaut du Capitole par des partisans de Donald Trump, la semaine dernière

20 Minutes avec AFP

— 

Jake Angeli, le 6 janvier 2021, lors de l'invasion du Capitole, à Washington.
Jake Angeli, le 6 janvier 2021, lors de l'invasion du Capitole, à Washington. — Saul LOEB / AFP

La semaine dernière, durant l’assaut du Capitole à Washington, les partisans du président Donald Trump cherchaient à « capturer et assassiner des élus », ont estimé des procureurs américains, selon des documents judiciaires rendus publics, ce vendredi.

Un dossier déposé par le ministère de la Justice devant un tribunal demande le maintien en détention de Jacob Chansley, qui se fait appeler Jake Angeli, ce conspirationniste QAnon photographié dans le bureau du vice-président Mike Pence durant l’émeute, torse nu en tenue de chaman à cornes.

« Ce n’est qu’une question de temps, la justice arrive »

« Des preuves solides, dont les propres paroles et actions de Chansley au Capitole, montrent que le dessein des émeutiers du Capitole était de capturer et d'assassiner des élus du gouvernement des Etats-Unis », écrivent les procureurs à propos de l’assaut du 6 janvier. Selon eux, Jacob Chansley, 33 ans, a laissé une note à l’attention de Mike Pence sur l’estrade du Sénat où le vice-président s’était tenu quelques minutes plus tôt, sur laquelle était écrit : « Ce n’est qu’une question de temps, la justice arrive ».

Durant la journée de chaos au cœur de la démocratie américaine, des élus ont dû se terrer car ils craignaient pour leur vie et au moins cinq personnes, dont un policier, ont été tuées. Les autorités ont engagé des poursuites contre des émeutiers, dont un homme qui a brandi le drapeau confédéré dans le Capitole, un autre homme qui portait un sweat-shirt « Camp Auschwitz » et un champion olympique de natation.

Donald Trump mis en accusation pour « incitation à l’insurrection »

Jacob Chansley doit comparaître vendredi devant le tribunal. Selon le ministère public, c’est un usager régulier de drogue et il a probablement des problèmes mentaux. « Chansley a parlé ouvertement de sa croyance qu’il est un extraterrestre, une entité supérieure, et qu’il est ici sur Terre pour s’élever vers une autre réalité », indique le dossier. Les procureurs demandent qu’il soit maintenu en détention à cause de « risques élevés de fuite et du danger qu’il représente pour la communauté ». Jacob Chansley est un partisan de QAnon, cette mouvance complotiste d’extrême-droite qui a vu l’intrusion dans le Capitole comme un triomphe.

Les réseaux sociaux ont commencé à s’en prendre à ses adeptes, selon qui Donald Trump mènerait une guerre secrète contre une secte de satanistes pédophiles gauchistes. Donald Trump a été mis en accusation mercredi pour « incitation à l’insurrection », pour avoir encouragé ses partisans à marcher sur le Congrès. Plus de 20.000 soldats de la Garde nationale ont été mobilisés à Washington, dont le centre était verrouillé tôt vendredi, par crainte de nouvelles violences lors de l’investiture du président élu Joe Biden le 20 janvier.