Etats-Unis : Menacé par un « impeachment », Trump part au Texas vanter son mur

FRONTIERE Il ne reste que huit jours de présidence à Donald Trump avant la prestation de serment de Joe Biden

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump, le 23 juin 2020 en Arizona.
Donald Trump, le 23 juin 2020 en Arizona. — AFP

C’est sa première sortie officielle depuis les violences qui ont eu lieu au Capitole. Ce mardi, Donald Trump se rend au Texas, signalant clairement sa volonté de rester à la Maison Blanche jusqu’à la fin de son mandat.

Dans la tourmente à huit jours de la fin de son mandat, il a rencontré lundi soir son vice-président Mike Pence qui a semble-t-il décidé de faire – pour l’heure – front commun avec lui face aux démocrates, rejetant les appels à le démettre de ses fonctions avec le 25e amendement de la Constitution.

Un programme encore flou

Le départ du président américain pour Alamo, dans le sud du Texas, est prévu à 10 heures, mais la Maison Blanche est restée particulièrement discrète sur le programme de la journée dans ce grand Etat frontalier avec le Mexique. Objectif de ce déplacement selon l’exécutif ? « Marquer l’achèvement de plus de 400 miles (640 km) de mur frontalier – promesse faite, promesse tenue – et mettre en valeur les efforts de son gouvernement pour réformer un système d’immigration dysfonctionnel ».

On est loin, très loin, du « grand, magnifique » mur promis par Donald Trump en campagne en 2016. Sur ce total, seuls une vingtaine de kilomètres correspondent à la construction d’un mur là où il n’existait aucune barrière physique auparavant. Le reste correspondant à des améliorations et/ou renforcements de barrières existantes. Et le Mexique n’a jamais payé pour le mur, comme le magnat de l’immobilier l’avait promis.

A Washington, une procédure qui resterait dans l’Histoire se prépare, et pourrait hypothéquer l’éventuel avenir politique de Donald Trump. Il pourrait en effet devenir le premier président américain à être deux fois mis en accusation au Congrès (impeached) dans une procédure de destitution. La Chambre examinera l’acte d’accusation ce mercredi et devrait voter ce même jour.