Violences à Washington : Donald Trump et Mike Pence se sont rencontrés lundi soir dans le Bureau ovale

THE OFFICE Les deux hommes ont eu une « bonne conversation » et se sont engagés à « poursuivre leur travail jusqu’à la fin de leur mandat »

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump et Mike Pence, le 5 janvier 2020.
Donald Trump et Mike Pence, le 5 janvier 2020. — Dennis Van Tine/STAR MAX/IPx/AP/

Pour la première fois depuis les violences qui ont eu lieu au Capitole, le président américain Donald Trump et son vice-président Mike Pence se sont rencontrés lundi soir à Washington dans le Bureau ovale, selon un responsable américain. L’occasion de faire quelques déclarations sur la suite des événements.

Les deux hommes ont eu une « bonne conversation », selon la même source. Selon ce responsable, Donald Trump n’a pas l’intention de démissionner avant la fin de son mandat, le 20 janvier. De son côté, le vice-président n’a pas l’intention de le démettre de ses fonctions en invoquant le 25e amendement de la Constitution américaine, en le déclarant, avec le soutien de ses principaux ministres, inapte à exercer sa fonction.

Pence valide les résultats de l’élection

Le président et le vice-président « ont réitéré que ceux qui avaient enfreint la loi et envahi le Capitole ne représentent pas le mouvement « America First » soutenu « par 75 millions d’Américains », a indiqué ce responsable. « Ils se sont engagés à poursuivre leur travail pour le pays jusqu’à la fin de leur mandat », a-t-il ajouté.

Malgré les pressions du locataire de la Maison-Blanche, Mike Pence avait annoncé mercredi dans une lettre qu’il ne s’opposerait pas devant le Congrès à la validation des résultats de l’élection présidentielle, déclenchant la fureur du président et de ses supporteurs. « Mike Pence n’a pas eu le courage de faire ce qu’il aurait dû faire pour protéger notre pays et notre Constitution », avait tweeté Donald Trump, alors qu’une horde de ses partisans envahissait le Capitole.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent une foule compacte scander « Pendez Mike Pence » aux portes du Capitole. D’autres militants ont parcouru les couloirs du temple de la démocratie américaine hurlant que le vice-président était un « lâche », selon le New York Times.