Le secrétaire d'Etat américaine Mike Pompeo, le 10 novembre 2020 à Washington.
Le secrétaire d'Etat américaine Mike Pompeo, le 10 novembre 2020 à Washington. — Jacquelyn Martin/AP/SIPA

DIPLOMATIE

Violences à Hong Kong : Washington exige la libération « immédiate » des opposants arrêtés, sous peine de sanctions

« Les Etats-Unis ne resteront pas les bras croisés pendant que les habitants de Hong Kong subissent l’oppression communiste », a insisté le secrétaire d’Etat américain dans un communiqué

Tensions diplomatiques. Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a réclamé ce jeudi la libération « immédiate » et « sans condition » des 53 figures de l’opposition pro-démocratie arrêtées pour « subversion » à Hong Kong, menaçant de sanctions les responsables de cette répression.

« Les Etats-Unis ne resteront pas les bras croisés pendant que les habitants de Hong Kong subissent l’oppression communiste », a insisté le secrétaire d’Etat américain dans un communiqué.

Un avocat américain parmi les arrestations

Mike Pompeo a ainsi indiqué que les Etats-Unis envisageraient « des sanctions et des restrictions à l’encontre de chaque personne ou entité impliquées dans cette attaque visant le peuple hongkongais ». Plus de cinquante figures de l’opposition pro-démocratie, dont un avocat américain, ont été arrêtées mercredi à Hong Kong, le plus gros coup de filet à ce jour dans le cadre de la récente loi sur la sécurité nationale imposée par la Chine.

Pour Mike Pompeo, ces arrestations illustrent « le mépris du Parti communiste chinois envers son propre peuple et à l’égard de l’Etat de droit ». Les autorités chinoises ont engagé en 2020 une reprise en main musclée de l’ex-colonie britannique, théâtre l’année précédente d’une mobilisation populaire pro-démocratie inédite depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.