Violences à Washington : Quatre personnes décédées, dont une femme tuée par une balle policière

HEURTS Les trois autres personnes sont mortes aux alentours du Capitole après des «urgences médicales»

20 Minutes avec AFP

— 

Des partisans de Trump ont fait irruption dans le Capitole, à Washington, mercredi 6 janvier 2021.
Des partisans de Trump ont fait irruption dans le Capitole, à Washington, mercredi 6 janvier 2021. — AFP

Le sang a coulé au Capitole. Une femme blessée par une balle policière à l’intérieur du bâtiment pris d’assaut par des milliers de partisans de Donald Trump, mercredi, est décédée, a annoncé la police de Washington. Trois autres personnes sont mortes, mais à l’extérieur du bâtiment, après des « urgences médicales ». Deux bombes artisanales ont été retrouvées, et une cinquantaine de manifestants arrêtés.

Selon le chef de la police Robert Contee, la femme touchée par balle faisait partie d’un groupe qui a forcé l’entrée du Capitole. Elle a été blessée par une balle tirée par un policier et est décédée à l’hôpital. Les médias américains l’ont identifiée comme une supportrice de Donald Trump et une partisane de la théorie du complot QAnon.

Selon la police, il y a eu 52 arrestations (dont 4 pour port d’arme illégal), six armes saisies, et deux bombes artisanales retrouvées dans des bâtiments voisins.

Des élus dénoncent un « coup d’Etat »

Plusieurs élus du Congrès des Etats-Unis ont dénoncé ce mercredi une tentative de « coup d’Etat » menée par des partisans de Donald Trump, qui sont parvenus à faire irruption dans le Capitole, ces mêmes élus avertissant que cette action était vouée à l’échec.

« Nous assistons à une tentative de coup d’Etat encouragée par le criminel de la Maison-Blanche. C’est voué à l’échec », a tweeté le représentant démocrate William Pascrell, faisant ainsi référence à Donald Trump. « Il ne s’agit pas d’une manifestation. C’est une tentative de coup d’Etat », a de son côté estimé l’élue Diana DeGette, en dénonçant « l’anarchie fomentée par notre propre président ».